Quebec Hebdo
16:14 18 février 2021 | mise à jour le: 18 février 2021 à 16:55 Temps de lecture: 3 minutes

Gosselin blâme Labeaume pour la déroute du tramway

Gosselin blâme Labeaume pour la déroute du tramway
/Illustration gracieuseté – Ville de Québec

TRANSPORT. Commentant le rebondissement survenu mercredi dans le dossier du projet de tramway, le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec estime que Régis Labeaume n’a que lui à blâmer. Jean-François Gosselin ne se formalise pas outre mesure des risques d’ingérence du provincial dans un dossier d’ordre municipal.

Pour le chef de Québec 21, l’annonce de l’intention du gouvernement Legault de présenter un nouveau tracé pour le tramway et une meilleure desserte de la banlieue n’a rien d’une surprise. À son avis, l’entêtement et la fermeture d’esprit du maire Labeaume ont conduit à l’impasse actuelle.

«Je suis obligé de vous dire qu’on s’est fait berner par le maire. Celui-ci disait que le rapport du BAPE était erroné et que le temps allait démontrer la perfection du modèle proposé. Pourtant le ministre des Transports, François Bonnardel, avertissait déjà qu’il faudrait réviser le projet de réseau structurant de transport en commun pour aller de l’avant. Néanmoins, M. Labeaume disait que tout allait bien. Puis hier, on apprenait que rien n’a bougé depuis des mois», s’indigne M. Gosselin.

À ses yeux, le premier ministre François Legault a de nouveau été très clair. «Pour ajouter à la saga, il déplore que le maire de Québec n’ait aucune ouverture. C’est ce qui fait qu’il a perdu le contrôle de son propre projet. Ainsi, dans un souci de saine gestion des fonds publics, réclame-t-il, le maire doit cesser tout investissement dans le projet jusqu’à une entente formelle.»

Ingérence rassurante

Questionné à savoir s’il était préoccupé par cette forme d’ingérence du provincial dans un projet municipal, Jean-François Gosselin répond par la négative. «Ça m’apparaît plutôt rassurant, dit-il. Le gouvernement du Québec n’a eu d’autre choix que d’intervenir et tant mieux. Dans un dossier de cette importance, on doit se placer en position d’ouverture. Il ne faut pas oublier que le provincial injectera jusqu’à 1,8G$ dans ce méga chantier de 3,3G$.»

Autre réponse négative lorsque M. Gosselin se fait demander s’il considère que son parti désireux de présenter sa version du projet de tramway se fait également couper l’herbe sous le pied. «Non, rétorque-t-il, je vois ça comme une nécessaire ouverture à la collaboration. Il faut travailler ensemble pour faire un projet rassembleur. Je ne suis pas partisan de la posture: c’est mon projet ou rien.»

Harcelé comme à chaque point de presse, le chef de Québec 21 reste secret sur sa proposition de réseau structurant. Pour lui, l’important reste que le projet réponde aux attentes de la grande majorité des citoyens. Avant de se commettre, il préfère attendre de voir l’orientation du gouvernement. Seul aspect dévoilé, il y aura arrimage avec le 3e lien. Pour le reste, il juge prudent «de faire évoluer le tramway pour répondre aux besoins dans l’avenir. Il importe de bien planifier les choses, car il s’agira de la colonne vertébrale du transport en commun pour les 50 à 100 prochaines années».

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *