Actualites
15:15 16 février 2021 | mise à jour le: 16 février 2021 à 15:15 temps de lecture: 3 minutes

Le vérificateur général confiant envers le Bureau de projet du tramway

Le vérificateur général confiant envers le Bureau de projet du tramway
Pour les groupes environnementaux, le projet de tramway repose sur des données probantes et constitue la colonne vertébrale du futur réseau structurant de transport en commun. /Illustration gracieuseté – Ville de Québec

TRANSPORT. Le vérificateur général de la Ville de Québec Michel Samson a consacré la plus volumineuse partie de son rapport de l’année 2020 au Réseau structurant de transport en commun (RSTC). Bien que le rapport suggère quelques améliorations à amener au RSTC, le vérificateur général avait des bons mots sur le travail du Bureau de projet jusqu’à maintenant.

«Il y a beaucoup de compétences au Bureau de projet. Le travail est fait avec rigueur. Nous avons trois propositions d’améliorations en gestion de risque, au processus de révision et en communication et il y en a deux sur trois qui devraient voir des correctifs rapidement», estime le vérificateur général.

Michel Samson en pleine explication. Capture d’écran – Ville de Québec

Drapeau jaune

Même si le support envers les artisans au projet est ferme, il demeure que la santé du projet de tramway demeure fragile en raison des retards éventuels.

«Un retard d’un an au projet est l’équivalent d’une perte de 100M$. Une estimation avancée par le Bureau et qui a également été vérifiée par nous. On sait déjà que le budget de 3,3G$ ne bougera pas. La marge de manœuvre du produit se situe au niveau du calendrier et du produit livrable. C’est une inquiétude beaucoup plus qu’un drapeau rouge. Si le feu vert était donné au projet demain matin, je suis confiant que le Bureau de projet respecterait tous les paramètres, incluant le budget.»

Inconnu

Si le retard actuel est difficile à chiffrer selon le vérificateur général, le temps devient un enjeu de plus en plus important à chaque jour qui passe. «Si l’appel de proposition est lancé seulement en 2022, alors le chiffre de 100M$ tient la route. Il y a déjà un retard de 5 à 12 mois pour l’acquisition des terrains. Il faut aussi mentionner que le Bureau de projet n’est pas à blâmer si la réserve pour risques n’a pas été révisée à la fin de 2020 selon des méthodes statistiques reconnues en raison des discussions en cours avec le gouvernement.» @ST:Fiasco

Le rapport a également confirmé ce que l’on savait déjà sur le système de gestion des stationnements du site d’ExpoCité qui a été abandonné par la Ville de Québec le 26 novembre 2020. L’acquisition du système au coût de 2,5M$ a été une bourde. «Ce sont des équipements fortement sous-utilisés. L’absence d’un échéancier pour la mise en service du système par la Ville a joué un grand rôle dans ce que même la direction de la Ville a appelé une erreur.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *