Quebec Hebdo
08:52 7 février 2021 | mise à jour le: 7 février 2021 à 10:54 Temps de lecture: 3 minutes

Changements réglementaires pour soulager la pénurie de main-d’œuvre en construction

Changements réglementaires pour soulager la pénurie de main-d’œuvre en construction
/Photo gracieuseté - APCHQ

INDUSTRIE. Les entrepreneurs accueillent favorablement les modifications réglementaires proposées pour pallier les impacts du déficit de travailleurs qualifiés sur les chantiers québécois. L’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ) a salué l’ouverture en ce sens de la Commission de la construction du Québec (CCQ), relativement au projet de règlement modifiant le Règlement sur la formation professionnelle de la main-d’œuvre de l’industrie de la construction.

«Cela fait près de trois ans que l’industrie travaille à trouver des solutions à la pénurie de travailleurs qualifiés qui afflige notre secteur. L’année 2020 nous a démontré de surcroit que l’industrie est face à un point de rupture où les employeurs ne seront bientôt plus capables de subvenir aux besoins grandissants dans le domaine de l’habitation. Dans ce contexte fragile, nous considérons qu’il est indispensable d’adopter ces modifications réglementaires. C’est toute la pérennité et l’équilibre d’un secteur qui est en jeu», soutient François Bernier, vice-président principal affaires publiques à l’APCHQ.

Élargir le rôle de l’apprenti

L’Association a d’ailleurs déposé un mémoire auprès de la CCQ et du cabinet du ministre du Travail en février 2019, ainsi qu’un deuxième mémoire en août 2019 concernant les tâches connexes. Dans le cadre de cet exercice de consultation, l’APCHQ a tenu à commenter plus spécifiquement l’ouverture du travail de l’apprenti à la pratique de tâches résiduaires connexes à son métier.

«Apprendre un métier, c’est apprendre l’ensemble d’un métier, y compris les tâches connexes qu’un travailleur devra un jour exécuter sans la supervision d’un compagnon. Pourquoi priver l’apprenti d’acquérir cette expérience alors qu’il poursuit son cheminement? L’industrie gagnera à encourager la pleine compétence de ses travailleurs», ajoute François Bernier.

Efforts à poursuivre

L’APCHQ considère que l’adoption et la mise en place de ces mesures constituent une étape indispensable pour soulager l’industrie de la construction en ce qui a trait à la pénurie de main-d’œuvre qualifiée. Elle estime néanmoins qu’il y a encore énormément à faire pour endiguer le problème à long terme.

«Beaucoup de travail reste à faire pour que notre industrie puisse envisager les prochaines années en toute quiétude. Il s’agit cependant d’une première étape pour amoindrir l’impact de la pénurie de main-d’œuvre dans notre industrie. Il est certain que nous allons continuer de travailler pour trouver des solutions concrètes et viables avec le gouvernement et nos différents partenaires afin d’avancer davantage dans ce dossier», conclut François Bernier.

(Source: APCHQ)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *