Quebec Hebdo
15:22 18 janvier 2021 | mise à jour le: 18 janvier 2021 à 16:02 Temps de lecture: 3 minutes

Gosselin exhorte Legault à mettre sur la glace le tramway

Gosselin exhorte Legault à mettre sur la glace le tramway
Jean-François Gosselin souhaite que l’avenir du transport collectif à Québec soit décidé lors de l’élection municipale. /Capture-écran – Teams

TRANSPORT. Pour le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, la précipitation n’est pas bonne conseillère. C’est pourquoi Jean-François Gosselin demande au gouvernement du Québec de mettre sur la glace le projet de tramway et son tracé. Il souhaite plutôt que le sujet soit au cœur de l’élection municipale, en novembre prochain.

À son avis, «le maire agit comme quelqu’un qui n’a pas confiance en son projet. Il procède en coulisse et avec empressement avant les élections, pour éviter que les citoyens se prononcent. Québec 21 a toujours l’intention de présenter sa version du futur réseau de transport. Surtout, le parti désire le soumettre à l’approbation populaire lors du prochain scrutin».

C’est dans cette optique que M. Gosselin a adressé une lettre au premier ministre François Legault. Le chef de l’opposition a aussi transmis ses craintes à la vice-première ministre et ministre responsable de la Capitale, Geneviève Guilbault, au ministre des Transports du Québec (MTQ), François Bonnardel, et aux députés caquistes de la région de Québec. Bien qu’il soit minuit moins une, il garde espoir que le message passe avant que les appels d’offres ne soient lancés. Il s’attend à des réactions favorables à son propos.

Approbation populaire

En point de presse, la même demande est transmise au maire de Québec, Régis Labeaume, afin suspendre le projet de tramway. M. Gosselin estime plus pertinent d’attendre un moment plus favorable et, surtout, de permettre aux citoyens de se prononcer. Il déplore que son vis-à-vis «profite de la pandémie pour négocier en secret avec le MTQ. Il met de la pression pour boucler le dossier avant les prochaines élections municipales».

«Oui, on a besoin de redéfinir le réseau de transport de la capitale. Toutefois, en pleine pandémie, pendant que les élus ont d’autres préoccupations, rien ne presse. L’objectif n’est pas de mettre les personnes interpellées dans l’embarras. Mon but, c’est de leur transmettre mon malaise devant la précipitation dans ce dossier. C’est quoi huit mois dans l’histoire d’une ville, alors qu’on est devant un projet qui va en changer le visage pour les 50 prochaines années», déclare celui qui s’érige en représentant des électeurs de Québec.

À son avis, la relance économique à Québec passera notamment par la mise en chantier du tunnel Québec-Lévis, de même que par le choix d’un projet pour bonifier le transport collectif régional. «Mon souhait pour les prochaines élections, c’est que tout le monde mette les cartes sur la table. Chaque parti doit présenter son projet de transport et ce sera aux électeurs de décider. Il s’agit de la meilleure façon d’aboutir à un projet rassembleur et appuyer la majorité», conclut Jean-François Gosselin.

«Il serait démocratique que les partis municipaux puissent présenter leur vision du transport collectif pour les prochaines décennies. Les citoyens pourront choisir d’appuyer le projet qui répond le mieux à leurs besoins.» – Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *