Économie
14:48 12 janvier 2021 | mise à jour le: 12 janvier 2021 à 14:51 temps de lecture: 3 minutes

Optimisme prudent des entrepreneurs de Québec pour 2021

Optimisme prudent des entrepreneurs de Québec pour 2021
L’enquête Conjoncture 2021 met en évidence le fait que la reprise post-pandémie demeurera confrontée à un défi de recrutement et de rétention de la main-d’œuvre. /Illustration gracieuseté

PERSPECTIVES. Les chefs d’entreprise de la région de Québec entrevoient la lumière au bout du tunnel, même s’ils reconnaissent que la pandémie a eu un impact majeur sur l’économie. C’est d’ailleurs ce qui les fait regarder l’avenir à court terme avec prudence, sachant que le succès des prochains mois reposera sur l’adaptation et la résilience.

Tel est le constat qui ressort d’un sondage Léger réalisé pour le compte de Québec International (QI) et de la Chambre de commerce et d’industrie de Québec (CCIQ). Portant sur l’indice de confiance des entrepreneurs, l’étude annuelle Conjoncture 2021 cible les attentes en matière de développement, investissement et emploi. Or, comme l’enquête a été menée entre le 23 novembre et le 11 décembre derniers, elle ne peut refléter l’effet du nouveau confinement imposé en début d’année.

«La pandémie a entraîné des perturbations dans la vie sociale et économique des Québécois au cours de l’année 2020, bouleversant ainsi leurs habitudes, et surtout, leur façon d’interagir, d’apprendre, de travailler, d’étudier et de consommer. Si certains secteurs de l’économie ont été durement touchés, d’autres ont rebondi rapidement et étaient bien placés pour s’adapter à la nouvelle réalité», estime Carl Viel, p.-d.g. de QI.

Des hauts et des bas

Coup d’œil aux aspirations pour l’année en cours. /Tableau gracieuseté

Il cite en exemple parmi les secteurs qui s’en sont mieux tirés ceux qualifiés d’anticycliques. Cela inclut notamment les finances (assurances), les sciences de la vie (santé), l’agroalimentaire (épicerie), le manufacturier (produits de base) et les technologies de l’information (divertissements). À l’inverse, certaines industries comme l’hôtellerie, la restauration et le tourisme ont été grandement perturbées.

«C’est ce qui explique que l’état d’esprit des gens d’affaires soit aussi mitigé. Certes, l’optimisme d’une reprise imminente domine, mais il y a des secteurs qui se trouvent fragilisés. De plus, la relance risque d’être plus progressive de leur côté. Ce qui pourrait les confronter à une difficulté additionnelle de recrutement, étant donné les nombreuses réorientations de carrière provoquées par la Covid-19», observe Steeve Lavoie, président de la CCIQ.

Faits saillants

Parmi les éléments révélateurs de l’enquête Léger, mentionnons que:

  • Les dirigeants d’entreprise entrevoient 2021 avec plus de prudence que les années précédentes. Néanmoins, 68% sont optimistes quant aux perspectives économiques.
  • L’indice régional de vitalité économique (59,8%) maintient son positivisme en 2021. Il est suivi des États-Unis (57%), du Canada (56,2%) et de l’Union européenne (53%).
  • Les entrepreneurs songent à prioriser des investissements en recherche et développement (50%) et en informatique (45%).
  • Les dirigeants d’entreprise sondés comptent embaucher (83%) au cours de la prochaine année. Principalement pour soutenir la croissance de leurs activités (49%) ou répondre aux besoins de roulement de personnel (47%).
  • Les dirigeants d’entreprise disent à 88% éprouver de la difficulté à recruter. Parmi eux, 61% soulignent que cet enjeu met un frein à la croissance de leur entreprise.

Pour consulter le rapport, cliquez ici.

Aperçu des intentions d’investissement. /Tableau gracieuseté

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *