Économie
13:04 29 décembre 2020 | mise à jour le: 29 décembre 2020 à 11:42 temps de lecture: 5 minutes

Marché résidentiel: construction en baisse et rénovation en hausse en 2021

Marché résidentiel: construction en baisse et rénovation en hausse en 2021
Photo: /Métro Média - ArchivesEncore une fois, les mises en chantier ont été et seront dominées par la construction d'immeubles collectifs.

STATISTIQUES. Pour la nouvelle année 2021, les mises en chantier résidentielles devraient décliner légèrement, tandis que la rénovation compensera largement. C’est que dévoilent les prévisions économiques de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ).

Il en ressort que la Covid-19 aura causé plusieurs dommages à l’économie québécoise qui, il y a quelques mois à peine, se trouvait en plein emploi. Ce ne sont pas tous les secteurs qui ont été durement touchés par les pertes d’emploi et les gouvernements ont déployé plusieurs programmes d’aide visant à soutenir les revenus des ménages.

En parallèle, les taux hypothécaires sont descendus à un creux historique. Ainsi, pour les ménages dont la situation financière est demeurée suffisamment solide, travaux de rénovation et achat d’une propriété plus grande ont été au menu.

«En dépit du contexte de pandémie des derniers mois, le secteur de la construction résidentielle se porte bien au Québec. Si la tendance se maintient, tout indique que 2020 se terminera sur une note positive en ce qui concerne les nouvelles constructions. Par ailleurs, les perspectives pour 2021 laissent envisager un fort rebond des investissements en rénovation», indique Paul Cardinal, directeur du service économique de l’APCHQ.

Premier recul en six ans

Au total cette année, le regroupement patronal prévoit 48 500 mises en chantier dans l’ensemble de la province, soit une légère hausse de 1%. À ce propos, M. Cardinal considère «qu’il s’agit d’un résultat exceptionnel. La construction s’est même montrée plus vigoureuse que les prévisions prépandémie. Celles-ci anticipaient initialement un léger repli de 3% en 2020».

L’APCHQ entrevoit toutefois un recul de 7% du nombre de nouvelles habitations construites en 2021 avec 45 000 mises en chantier résidentielles. Cette diminution sera entièrement attribuable à un ralentissement des mises en chantier locatives.

Sur le plan géographique, seulement trois régions administratives devraient connaître une croissance de la construction résidentielle l’an prochain. Il s’agit des régions du Bas-Saint-Laurent (+5%), de la Mauricie (+2%) et de la Montérégie (+1%). À l’inverse, certaines régions enregistreront des baisses plus prononcées, après avoir connu une période exceptionnelle. Ce sera le cas des régions de l’Estrie (-22%), de Chaudière-Appalaches (-19%), de l’Outaouais (-17%), de l’Abitibi-Témiscamingue (-12%) et de Laval (-9%), qui ne pourront rééditer leur exploit en 2021.

Ralentissement du locatif

L’APCHQ fait remarquer qu’en 2019, la construction de logements destinés au marché locatif avait atteint un sommet vieux de 32 ans (1987) au Québec avec 24 695 mises en chantier dans les centres urbains de 10 000 habitants et plus. En 2020, les mises en chantier de logements locatifs atteindront des sommets similaires avec 24 500 mises en chantier et diminueront de 20% en 2021 à 19 500.

«Les taux d’inoccupation devraient graduellement remonter au cours des prochains mois. Cela s’explique dans la foulée d’une demande affaiblie par l’effondrement du solde migratoire. S’ajoute également un nombre élevé de logements locatifs déjà en construction (plus de 27 000 à la fin du 3e trimestre)», estime Paul Cardinal.

Regain des maisons unifamiliales

Pour la maison unifamiliale, qui connaît un certain regain d’intérêt, l’APCHQ prévoit des hausses des mises en chantier de 5% et de 8% respectivement en 2020 et 2021. «Alors que l’essor du télétravail a provoqué un intérêt accru pour les banlieues, les plus petits centres urbains et les régions rurales, la maison unifamiliale devrait regagner un peu de terrain en 2021», soutient M. Cardinal.

Investissements soutenus en rénovation

En 2020, l’APCHQ prévoit que, malgré une baisse de 8%, les dépenses en rénovation atteindront tout de même 13,6G$. En 2021, un fort rebond de 16% est attendu, ce qui permettra d’atteindre les 15,8G$ d’investissements en amélioration résidentielle. Un nouveau record pour ce secteur.

Paul Cardinal souligne que «le marché de la revente en pleine ébullition, des ménages qui aménagent des espaces bureau à la maison et le fait que plusieurs ménages convertissent leur budget voyage en travaux d’amélioration à leur propriété sont autant d’ingrédients pour une recette propice à des dépenses de rénovation records en 2021».

Diminution des copropriétés

Enfin, l’APCHQ prévoit que le nombre de mises en chantier de logements en copropriété devrait baisser de 5% en 2020 (7900 mises en chantier). Ce segment atteindra des résultats similaires en 2021 avec une légère hausse de 1% (8000 mises en chantier). Les mises en chantier de logements en copropriété représenteront quelque 20% des nouvelles constructions dans la province. Une proportion qui grimpe à 30% dans la région de Montréal.

Pour consulter les Prévisions économiques 2020-2021 de l’APCHQ.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *