Quebec Hebdo
11:28 17 décembre 2020 | mise à jour le: 18 décembre 2020 à 09:56 Temps de lecture: 3 minutes

Lancement de LIBU, le bouton antibactérien

Lancement de LIBU, le bouton antibactérien
Développée entièrement au Québec, la technologie LIBU a pu compter sur une équipe de collaborateurs, d’ingénieurs, de physiciens et de scientifiques aguerris provenant d’organisations québécoises telles que : Optech, Inno-centre, AIworx, Kone, Solutions Novika, Adventa Design, Atelier de gravure Industrielle du Québec, et ce avec le concours de chercheurs, de virologues et de microbiologistes dont la Dre Caroline Duchaine et son équipe du laboratoire de bioaérosols de l’IUCPQ-UL. /Photo Capture d’écran

La Ville de Québec a participé ce matin en conférence de presse au dévoilement du projet technologique LIBU, le bouton antibactérien, une solution pour enrayer la propagation des bactéries sur les surfaces communes. Développé entièrement au Québec par GRB Technologies, le bouton LIBU intègre une technologie de stérilisation par rayonnement UVC dans un bouton d’ascenseur qui pivote et s’autostérilise automatiquement à chaque fois qu’il est touché. La Ville soutient financièrement ce projet depuis le début.

Les recherches pour le projet de Raymond Boisvert, entrepreneur et inventeur de LIBU chez GRB Technologies, remontent à environ 10 ans. Les premiers tests ont été faits il y a quatre ans en collaboration avec la Dre Caroline Duchaine, directrice de la recherche du laboratoire de bioaérosols de l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

«Le tour de force de LIBU consiste en l’intégration de la meilleure technologie de stérilisation dans un produit compact, modulaire et sécuritaire, permettant une opération sans consommable, et ce, à un coût raisonnable. Aussi, le bouton LIBU (Life Button) élimine plus de 99% des pathogènes bactériens et viraux résultant du contact avec les doigts des utilisateurs qui se retrouvent sur les boutons d’ascenseurs», a indiqué Raymond Boisvert de GRB Technologies. «Une technologie innovante qui vise à rompre l’une des chaînes de contagion des maladies infectieuses présentes, entre autres, dans les milieux hospitaliers et de soins de santé ainsi que dans les édifices publics et multirésidentiels. Le bouton d’ascenseur est la surface dans l’environnement bâti d’un hôpital qui contient le plus de bactéries et d’organismes pathogènes par centimètre carré», a-t-il ajouté.

Les boutons LIBU seront installés dans deux ascenseurs de l’IUCPQ-UL à compter de janvier 2021. La Dre Caroline Duchaine supervisera des études d’efficacité et d’identification des microbes sur les boutons. Les travaux de recherche s’échelonneront pendant quatre saisons. La version commercialisée de LIBU permettra de réduire de plus de 99,99% la présence de bactéries et virus en quelques secondes seulement.

Le développement de LIBU aura coûté plus d’un 1 M$. Il devrait être commercialisé d’ici un an. Éventuellement, cette technologie pourrait être adaptée à d’autres contextes.

Coût

Une infection en milieu hospitalier coûte 30 000$ US alors que le bouton se détaillera environ 100$. 

/Photo Capture d’écran

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *