Quebec Hebdo
10:10 8 décembre 2020 | mise à jour le: 8 décembre 2020 à 10:30 Temps de lecture: 3 minutes

Coup de fouet de Desjardins à l’économie locale

Coup de fouet de Desjardins à l’économie locale
Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins. /Photo capture d’écran.

ÉCONOMIE. Desjardins octroie 1M$ à cinq projets de la Capitale-Nationale qui contribueront à la relance socioéconomique alors que la pandémie continue de présenter plusieurs défis pour les gens d’affaires. Les économistes de Desjardins soulignent que le repli de l’économie dans la Capitale-Nationale se situe autour de 3,5 % comparativement à 4,1 % au Québec.

Lors de sa neuvième tournée virtuelle En Mouvement pour la relance socioéconomique du Québec, organisée conjointement avec la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), Guy Cormier, président et chef de la direction du Mouvement Desjardins, y est allé de quelques observations.

«L’objectif ne doit pas être de revenir à ce que l’économie était avant la pandémie, mais de faire mieux et différemment. On constate, au Canada, que la crise a accéléré la numérisation des entreprises et des transactions.»
-Guy Cormier

Au plus fort de la première vague et du confinement, entre les mois de mars et mai, la Capitale-Nationale a perdu 49 900 emplois. «Ce qui est impressionnant, c’est clairement la suite. Entre les mois de février et novembre, la région a récupéré tous les emplois perdus auxquels s’ajoutent 4500 autres.»

De plus, souligne-t-il, la région est parvenue à générer des gains d’emplois malgré le fait que la crise affecte toujours plusieurs secteurs d’activités comme les restaurants, les sites de culture et celui du divertissement. «C’est clair que la 2e vague est venue compliquer les choses. Beaucoup d’entreprises se sont organisées pour favoriser le télétravail ou automatiser et même revoir leur chaîne de production. Lorsque l’économie va repartir, il est clair que tous ces investissements vont générer des gains de productivités.»

Relance de l’économie

Afin de soutenir la relance socioéconomique, Desjardins a donné un appui financier important à plusieurs entreprises dont Vaolo: Expérience Québec (500 000$), Au Trait d’Union Québec (348 000$), Production culturelle Québec (100 000$), la Fondation québécoise pour la protection du patrimoine naturel (60 000$) et Vide ta sacoche (60 000$).

Un sondage réalisé récemment par la Fédération des chambres de commerce du Québec, pour les régions de Québec et Chaudière-Appalaches, démontre que la pandémie a eu des impacts négatifs non négligeables sur les ressources humaines des entreprises. Pour contrer le problème, 24 % des 54 entreprises interrogées ont réduit les heures de travail, 20 % ont mis à pied du personnel et 15 % d’autres ont dû gérer des départs d’employés. Ces décisions sont directement liées à la baisse des ventes (54 %), au report ou à l’annulation d’événements importants (41 %) et à la diminution des opérations.

Plusieurs entreprises anticipent une relance économique mitigée craignant une baisse de la demande de leur produit dans 46 % des cas. Les difficultés de recrutement et de rétention de la main-d’œuvre demeurent des inquiétudes pour 24 % des employeurs.

D’autre part, la subvention salariale d’urgence (PCU) vient en tête des mesures d’aide les plus utiles pour les entreprises pour les aider à faire face aux défis causés par la pandémie. Elle est suivie de près par les programmes de prêts sans intérêts.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *