Actualites
16:06 7 décembre 2020 | mise à jour le: 7 décembre 2020 à 16:06 temps de lecture: 3 minutes

COVID-19: la Santé publique veut vacciner 6,3 millions de Québécois

COVID-19: la Santé publique veut vacciner 6,3 millions de Québécois
Le premier ministre François Legault entouré du Dr Horacio Arruda et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé. /Photo Métro Média – Archives

PANDÉMIE. La Santé publique a des objectifs de vaccination ambitieux pour freiner la COVID-19. À terme, elle compte vacciner au moins 75% de la population québécoise, soit plus de 6,3 M de personnes.

Au total, ce scénario requerrait 12,7 M de doses vaccinales, issues des nombreuses compagnies sélectionnées par Santé Canada.

Le gouvernement de François Legault écarte toutefois du revers de la main la vaccination obligatoire. L’étape de vaccination «massive» viendra également plus tard, si elle s’avère nécessaire.

Ottawa confirmait lundi matin que des premières doses arriveront la semaine prochaine en sol canadien. Environ 4000 vaccins de Pfizer/BioNTech seront acheminés en territoire québécois – à Québec et à Montréal.

Jusqu’à 28 000 personnes pourraient être vaccinées d’ici le 4 janvier, a signifié le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, en direct de Montréal, lundi. De surcroît, 650 000 personnes pourraient l’être d’ici mars, date du premier anniversaire de la pandémie au Québec.

M. Dubé convient que ces nouvelles rapprochent le Québec de la fin du «marathon». Il invite les Québécois à éviter de se créer un «faux sentiment de sécurité» dans les prochains mois.

Ordre précis

Tel qu’annoncé précédemment, les résidents de CHSLD seront en tête de liste des priorités de vaccination nationales. Suivront les travailleurs et travailleuses du réseau de soins, puis ceux qui habitent dans des résidences privées pour aînés.

Dans la population générale, la priorisation suivra l’âge des participants, en ordre décroissant. Chez les 60 ans et moins – statistiquement moins vulnérables –, Québec visera en premier lieu les personnes atteintes de maladies chroniques.

Les employés de tout service essentiel, comme les épiceries, auront aussi le privilège de recevoir le vaccin avant le reste de la population.

Par ailleurs, la Santé publique affirme avoir effectué les calculs pour qu’aucune région du Québec ne soit lésée dans la distribution des premières doses. Seules les «régions éloignées» pourraient devoir attendre plus longtemps.

La semaine dernière, Québec confirmait avoir libéré différentes catégories de travailleurs pour vacciner. Des étudiants, des audiologistes et des acupuncteurs, notamment, pourront administrer le remède.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *