Quebec Hebdo
15:42 2 décembre 2020 | mise à jour le: 10 décembre 2020 à 09:48 Temps de lecture: 3 minutes

Cinq trucs pour garantir qu’on magasine sur une boutique en ligne sécuritaire

ÉCONOMIE. Découvrez mes trucs et astuces pour ne plus vous faire prendre lorsque vous décidez de magasiner en ligne!

Malheureusement, même si un site web ou une boutique en ligne est sécurisé par le fameux «https», c’est quand même possible qu’il ait été mis sur internet par une personne mal intentionnée.

Un site affiché comme sécurisé veut simplement dire que nos informations sont en sûreté pendant la transmission de données. Un fraudeur peut bel et bien se cacher de l’autre côté du chiffrement.

Voici donc une petite liste beaucoup plus efficace pour évaluer si une boutique en ligne est digne de confiance.

1. Le nom de domaine

Mon premier conseil, c’est de se familiariser avec l’outil «Whois», qui se traduit par «Qui est-ce?». À la base, il sert à savoir si un nom de domaine est déjà réservé et chez quel registraire. Dans notre cas, on va surtout s’intéresser à savoir depuis quand ce domaine est exploité. La plupart du temps, les sites réservés à la fraude ne vivent vraiment pas longtemps pour ne pas se faire attraper. Plus c’est récent, plus c’est de mauvais augure.

2. L’adresse de l’entreprise

C’est le moment d’utiliser notre meilleur ami: Google! Si la boutique en ligne possède une fiche Google Mon Entreprise, on peut aller y vérifier l’adresse pour ensuite faire une recherche rapide dans Maps. Grâce à la navigation virtuelle offerte par Street View, on peut voir si l’adresse affichée dans la fiche correspond bel et bien à un magasin ou plutôt à un bloc-appartements ou un champ au milieu de nulle part.

3. Les commentaires

On peut également aller lire les commentaires d’autres acheteurs, toujours en s’appuyant sur la fiche Google Mon Entreprise de la boutique virtuelle. Par expérience, rien n’est jamais complètement blanc ou noir, donc un trop-plein de commentaires positifs peut mettre la puce à l’oreille qu’il y a peut-être anguille sous roche.

4. Le numéro de téléphone

Même les fraudeurs mettent un numéro de téléphone sur leur page web parce que ça paraît bien. Cependant, il nous suffit d’essayer de téléphoner pour confirmer si le numéro est bel et bien relié avec l’entreprise. Pire encore, certaines fausses pages affichent des numéros qui ne sont même pas en service.

5. Le registraire spécial Québec

Mon dernier conseil concerne spécifiquement les boutiques en ligne québécoises. Ici, le gouvernement oblige toutes les compagnies à s’inscrire au Registraire des entreprises du Québec. On a qu’à faire une recherche un peu plus poussée pour y retrouver de l’information ultra précise, notamment les noms des actionnaires, leurs adresses, si l’entreprise est en situation de faillite, etc.

 

Quelques pratiques de commerce interdites

  • Donner des renseignements faux ou trompeurs
  • Exiger que vous payiez pour des biens ou des services que vous n’avez pas demandés
  • Faire payer un prix plus élevé que le prix annoncé.

À lire également:

Cinq trucs pour garantir qu’on magasine sur une boutique en ligne sécuritaire

Magasinez en ligne plus tôt, demande Postes Canada

Plus de ventes chez les détaillants non essentiels

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *