Quebec Hebdo
10:59 2 décembre 2020 | mise à jour le: 15 décembre 2020 à 19:56 Temps de lecture: 3 minutes

Le RTC mise sur la rentabilité en 2022

Le RTC mise sur la rentabilité en 2022

Transport. Le budget 2021 du Réseau de transport de la Capitale (RTC) sera de 241,3 M$ et en hausse de 2,8 M$ (1,2%) comparativement à celui de cette année. Le déficit, causé par la pandémie, représente actuellement un montant de 44,6 M$ dont 33,4 M$ sont attribuables au manque à gagner provenant des utilisateurs. Le retour à la normale est envisagé pour 2022.

«Il y a eu des efforts d’optimisation et d’économie pour environ 17,5 M$ en cours d’année. Ce qui fait que notre déficit prévu à la fin de l’année sera d’environ 27 M$», précise Rémy Normand, président du RTC. Il souligne qu’au plus fort de la pandémie ce printemps, le RTC a maintenu 70% de son offre de services pour un achalandage représentant à peine 20%.

«Dans le Plan stratégique 2018-2027 que nous avons déposé à l’époque, le mot pandémie n’apparaît nulle part dans le document.»
-Rémy Normand

Alors que le nombre de clients augmentait progressivement depuis le mois de juin, le passage de la région en zone rouge en octobre a eu l’effet d’un coup de massue. «Cela a représenté une diminution de 60% de la clientèle comparativement à octobre 2019.»

Il souligne d’ailleurs que le Programme d’aide d’urgence au transport collectif des personnes viendra compenser ce déficit d’opérations. Cette aide financière fédérale-provinciale couvre la période du 1er avril 2020 au 31 mars 2022. Quant aux prévisions 2021, le RTC envisage en ce moment un déficit de 26 M$.

Priorités

Parmi les priorités pour l’année 2021, on retrouve la bonification des services dans le secteur de Beauport, la phase 2 du parcours 807, dont la tenue d’une consultation publique pour l’aménagement des stations tempérées. S’ajoutent la poursuite du déploiement des Parc-O-Bus dont celui de l’avenue Seigneuriale en 2022, le déploiement du service àVélo annoncé récemment, le transport à la demande et le service d’accompagnement en mobilité intégrée.

Il entend concentrer ses efforts à rebâtir l’achalandage perdu en s’appuyant sur trois grands principes: le maintien du sentiment de sécurité de la clientèle envers le transport en commun, la poursuite du développement des services et l’accélération de projets liés à la mobilité intégrée.

Le RTC doit recevoir d’ici décembre 2021 150 nouveaux autobus hybrides de 40 pieds, dont 36 doivent être livrés cette année. L’acquisition de l’ancien entrepôt Simons pour la somme de 32,5 M$, dans le quartier industriel Frontenac, est aussi complétée.

En se basant sur des données de 2019, le RTC anticipe un achalandage dans son réseau de transport de 50% en janvier 2021 et espère atteindre progressivement 80% en décembre. Le retour à 100% étant envisagé en 2022.

Le président du RTC envisage un retour à la normale en 2022.  /Photo capture d’écran

 

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Denis Therriault

    Comment parler de rentabilité, quand la Ville de Québec absorbe leur déficit annuel? 120 millions pour 2019. Une société de transport en commun n’est jamais rentable.