Économie
15:47 12 novembre 2020 | mise à jour le: 12 novembre 2020 à 15:47 temps de lecture: 4 minutes

Des années de déficit à cause du coronavirus

Des années de déficit à cause du coronavirus
Photo: /Philippe Ruel - Métro Média

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE. Même avec l’arrivée potentielle d’un vaccin, l’hiver sera long. Québec s’attend à des déficits importants jusqu’en 2023 et à un retour à l’équilibre budgétaire dans cinq ans.

C’est ce qu’indique en gros le troisième portrait québécois des finances publiques en à peine huit mois. Le ministre des Finances Eric Girard en a présenté les grandes lignes, jeudi, à Québec, précisant que la province vit toujours dans «l’incertitude» économique.

La pandémie continue de gruger le portefeuille de l’État québécois. Dans sa nouvelle mise à jour, le gouvernement du Québec prévoit d’importantes dépenses en santé et en aide aux entreprises. Et ce, même s’il ne s’attend à un vaccin qu’à la fin 2021.

Depuis juin, date de la dernière mise à jour, le gouvernement de François Legault a prévu 1,3 G$ dans le réseau de la santé pour combattre la pandémie de COVID-19. En juin, dans son dernier portrait des finances publiques, c’était 3,5 G$.

Une part des nouvelles sommes ont servi à affuter la stratégie de dépistage et une autre, au versement de salaires jusqu’en mars prochain. Le réseau de la santé comptabilise également une enveloppe de 2,2 G$ pour l’achat d’équipement médical, ce qui devrait lui permettre de maintenir ses réserves jusqu’en mars prochain.

Le gouvernement assure aussi avoir fait des «provisions» pour les années à venir. «Celles-ci atteignent 4 milliards de dollars en 2020-2021, 3 milliards de dollars en 2021-2022 et 1 milliard de dollars en 2022-2023», précise le document de mise à jour.

Au total, Québec a de nouveau agrandi la taille du portefeuille en santé. Il est 16,6% plus grand qu’au budget de 2019-20. C’était 12,6% en juin.

De l’aide vers Montréal

Dans les trois prochaines années, Québec investira 1,5 G$ dans la relance de son économie, toujours fragile.

Montréal, qui a difficilement encaissé la crise sanitaire, peut s’attendre à en toucher une part. Québec a profité de sa mise à jour pour annoncer deux nouvelles enveloppes qui pourraient devenir de réelles bouées de sauvetage pour la métropole.

Le gouvernement Legault débloque en premier lieu des sommes de 50 M$ sur deux ans pour «revitaliser les centres-villes». L’annonce précise, qui reste à venir, ne précise combien de sommes s’adressent à Montréal.

Déserté, le centre-ville métropolitain crie à l’aide depuis cet été.

Par ailleurs, l’hébergement touristique – les hôtels, plus communément – toucheront une partie de 60 M$ débloqués cette année.

Déficit

Le déficit prévu pour le prochain exercice reste stable, à 15 G$. En juin, Québec avait annoncé un déficit à venir «historique» de 14,9 G$.

Le retour à l’équilibre budgétaire se fera sur cinq ans, selon le ministère des Finances. Nouvelle information: le ministre Girard prévoit déjà couper de moitié le déficit en 2021-22. Un plan de retour à l’équilibre budgétaire doit d’ailleurs être présenté aux Québécois au prochain budget printanier.

Sur le plan de la croissance économique, le ministère s’attend à voir la province emprunter le «sentier de la croissance dès 2021». Le Produit intérieur brut (PIB) réel, qui s’est abaissé de 6% depuis l’an dernier, devrait grimper de 5% l’an prochain, prédit Québec.

Les prévisions du ministère se basent sur un scénario d’arrivée du vaccin à la fin de l’année 2021.

Troisième budget

M. Girard présentait jeudi son troisième portrait des finances publiques en huit mois au Québec. Au mois de mars, le gouvernement Legault avait déclaré l’état d’urgence sanitaire seulement trois jours après un budget particulièrement optimiste.

Puis la première vague de la pandémie a frappé au coeur de l’économie provinciale. Les Québécois ne doivent pas s’attendre ni à des coupes de services, ni à des hausses d’impôts, avait martelé M. Girard.

C’est la saison budgétaire au Canada. En matinée, jeudi, la Ville de Montréal a présenté ses propres prévisions budgétaires. La semaine dernière, la province voisine de l’Ontario s’était prêtée à l’exercice.

Le fédéral prévoit sa propre mise à jour économique en novembre.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *