Actualites
11:07 9 novembre 2020 | mise à jour le: 10 novembre 2020 à 15:40 temps de lecture: 7 minutes

Le BAPE met en doute la pertinence d’un tramway à Québec

Le BAPE met en doute la pertinence d’un tramway à Québec
Photo: Illustration gracieusetéDans sa forme actuelle, le projet de tramway à Québec n'obtient pas la faveur du BAPE.

TRANSPORT. Déposé plus rapidement que prévu, le rapport du Bureau d’audiences publiques en environnement (BAPE) sur un tramway à Québec s’avère également plus sévère qu’attendu. Dans un résumé des points saillants, les commissaires concluent notamment que la pertinence du choix de la Ville n’est pas démontrée.

Au terme de ses travaux, l’organisme considère qu’un réseau structurant de transport en commun (RSTC) reste souhaitable pour la ville de Québec. Or, note-t-on, «le projet présenté, tout spécialement quant à la technologie retenue, soit le tramway, et du tracé privilégié, n’apparaît pas optimal au regard des besoins de mobilité de la ville et de la région de Québec. Il ne l’est pas davantage quant au niveau de service obtenu par rapport aux investissements consentis.»

La commission constate par ailleurs que le principe d’une enveloppe budgétaire fixe déterminée par la Ville de Québec avant que les coûts de réalisation ne soient précisés l’a forcée à réduire la portée du projet annoncé initialement. Tout en se montrant favorables à un futur réseau structurant, les commissaires estiment «que des questions subsistent quant à la pertinence du tramway comme mode de transport. Il en va de même de la complexité de son insertion dans la trame urbaine, du choix des secteurs desservis et de la proportion des investissements requis par la construction du tunnel et la réfection de la voirie, qui sont inhérents au choix de la technologie».

Projet à revoir

Au cœur des recommandations contenues dans son rapport de 441 pages, dont un résumé des faits saillants, le BAPE suggère que le projet ne soit pas autorisé dans sa forme actuelle. Peu convaincu par l’étude commandée par la Ville pour étayer sa préférence pour le déploiement d’un tramway comme colonne vertébrale de son RSTC, il invite plutôt l’administration Labeaume à refaire ses devoirs.

Les commissaires soulèvent au passage plusieurs préoccupations. C’est le cas de «l’analyse tronquée des options technologiques pertinentes». On rappelle que par le passé le SRB (Service rapide par bus) s’était montré très prometteur, comparativement aux modes de transport plus lourds comme le tramway, le métro, le SLR et le monorail. On déplore aussi le manque d’interconnexion avec les moyens de transport interurbain, l’enveloppe budgétaire fermée à 3,3G$ avant même les appels d’offre, ainsi que les répercussions sur le milieu naturel (arbres matures) et urbain (façades, circulation, bruit, etc.).

Dévoilement sans délai

Précisons que la commission d’enquête chargée de l’examen du dossier était présidée par Corinne Gendron. Celle-ci était appuyée des commissaires Antoine Morissette et Pierre Renaud. Leur rapport a été remis le 5 novembre. Disposant de 15 jours pour le rendre public, le ministre de l’Environnement Benoit Charrette a décidé de le dévoiler immédiatement.

Le volumineux document contient une description du dossier, les préoccupations des participants, l’analyse de la commission ainsi que l’ensemble des constats et des avis qu’elle en dégage. Les points saillants sont également disponibles dans une fiche synthèse. Par ailleurs, la version électronique complète du rapport se trouve ici.

Ce qu’ils en pensent:

  • «Contre toute attente, le rapport du BAPE apporte peu de propositions permettant de faire progresser notre projet. On y lit plutôt une série de critiques et de demi-vérités. Il s’agit d’un rapport biaisé, erroné et tronqué. Les affirmations fausses ou trompeuses sont nombreuses. Finalement, on dit que quelque chose n’est pas optimal lorsqu’on ne sait plus quoi dire. Heureusement, le BAPE est une étape de consultation, pas de décision. Ça fait 40 ans qu’on y réfléchit. Québec reste la seule grande ville qui ne profite pas d’un moyen de transport collectif lourd. Il est temps de passer à l’action et notre intention est d’aller de l’avant.» – Régis Labeaume, maire de Québec
  • «C’est un sentiment de victoire qui nous habite pour les gens de Québec que nous défendons. Le rapport du BAPE reprend l’ensemble de nos inquiétudes envers ce projet. Je suis impressionné par le travail rigoureux et volumineux des commissaires, qui livrent un rapport dévastateur sur la plupart des enjeux. Le maire Régis Labeaume n’a que lui à blâmer pour ce retentissant échec. C’est ce qui arrive quand on n’écoute pas la population et je demande que tout investissement cesse immédiatement pour ce projet.» – Jean-François Gosselin, chef de Québec 21 et de l’opposition officielle à Québec
  • «Le BAPE constate que le travail effectué jusqu’à maintenant ne correspond pas aux besoins de mobilité de la Communauté métropolitaine de Québec. Le projet de tramway concocté par le maire de Québec n’obtient pas l’appui de la population. Il n’y a pas d’acceptabilité sociale, tant au niveau du tracé que de l’aménagement du territoire urbain. Notamment quant à la coupe d’arbres et aux points de destination (aéroport, terminus et accès aux banlieues). Il faut réviser et bonifier le projet de réseau structurant.» – Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec
  • «Le tramway est la bonne colonne vertébrale pour le Réseau structurant de transport en commun. Est-ce que le projet peut être amélioré? Oui, mais, ça doit se faire sans tarder. J’aimerais qu’on se rappelle qu’il y a urgence d’agir contre les changements climatiques.» – Jackie Smith, cheffe du parti municipal Transition Québec
  • «Il n’y a rien, dans ce rapport, qui fasse une démonstration solide que le tramway n’est pas adapté à Québec. On fait davantage face à des opinions qu’à des faits vérifiables. Le choix d’un tracé qui dessert les principaux générateurs de déplacements, ainsi que les principaux corridors de développement urbain, est tout à fait conforme aux meilleures pratiques. C’est très exactement l’approche que nous recommandons dans notre publication Retisser la ville, après documentation de plusieurs études de cas à l’international.» – Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville
  • «À la lecture du rapport, je distingue quelques recommandations qui permettent de bonifier le projet. Notamment, l’intégration de mesures visant à protéger les arbres et la non-augmentation de la capacité routière. Cependant, j’ai du mal à comprendre qu’on puisse conseiller de retourner en études et en analyses, alors qu’on indique qu’il y a déjà eu sept consultations sur le sujet à Québec. Pour bonifier l’offre de service de transport en commun rapidement, on a besoin du tramway sur le parcours proposé, un point c’est tout.» – Étienne Grandmont, directeur général d’Accès transports viables
  • «Ce qui m’étonne le plus, c’est cette impression de ne pas avoir assisté aux mêmes audiences que les commissaires. Le BAPE est un organisme de consultation, je m’attendais donc à voir figurer dans le rapport certaines des recommandations des organismes qui ont une expertise dans le domaine du transport. Bien que perfectible, le projet de tramway répond suffisamment aux objectifs de la Politique de mobilité durable du gouvernement. Nous nous attendons à ce que le gouvernement du Québec aille de l’avant, au bénéfice de la région.» – Sarah V. Doyon, directrice de Trajectoire Québec

Pour lire la réaction complète du maire de Québec Régis Labeaume sur le rapport défavorable du BAPE, cliquez ici.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *