Économie
10:48 3 octobre 2020 | mise à jour le: 3 octobre 2020 à 11:23 temps de lecture: 6 minutes

La population continue de croître à Québec

La population continue de croître à Québec
Photo: (gracieuseté - QI)

SOCIÉTÉ. Selon Statistique Canada, la population de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec a atteint 824 411 habitants en 2019, une augmentation de 8191 personnes par rapport à 2018. Cette hausse, équivalant à 1%, représente la plus faible croissance de la population parmi les principales RMR canadiennes, dont Québec demeure la plus petite en termes de nombre d’habitants.

Québec renoue toutefois en 2019 avec une croissance supérieure à 1%, une première depuis 2011, année durant laquelle la RMR a vu sa population croître de 1,2%. Si respectivement l’accroissement naturel et migratoire ont tous les deux contribué à l’augmentation de la population de la RMR en 2019, sa principale composante est aujourd’hui le solde migratoire.

À cet effet, l’accroissement naturel a atteint 1368 individus en 2019, une croissance annuelle notable de 29,5%. De son côté, l’accroissement migratoire a atteint 6716 personnes entre 2018 et 20192, une hausse de 27% en comparaison à 2017-18. Cette tendance, maintenue depuis de nombreuses années, illustre à quel point l’attractivité des villes est un enjeu à part entière dans leur développement économique.

La RMR doit ainsi se démarquer d’autres régions au Québec, au Canada, et même dans le monde. La RMR de Québec entretient d’ailleurs, un solde migratoire positif avec l’ensemble des autres RMR québécoises, à l’exception de celle d’Ottawa-Gatineau (partie québécoise). Pendant ce temps, le vieillissement de la population se poursuit en trame de fond puisque les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient 21% de la population en 2019, un sommet depuis 2006.

Vieillissement de la population

La proportion des personnes âgées augmente dans la RMR de Québec tout comme dans la société québécoise et dans plusieurs autres sociétés dans le monde. Cette tendance, qui s’explique par une augmentation de l’espérance de vie couplée à une baisse de la fécondité, n’est cependant pas de même ampleur partout et le portrait de la population par tranche d’âge permet de l’illustrer.

Dans la RMR de Québec, les 65 ans et plus, au nombre de 169 576 personnes en 2019, représentaient 21% de la population, un sommet depuis 20063 (14%) et une proportion supérieure à celle des principales RMR canadiennes. La RMR de Montréal était deuxième avec une proportion de 17% de sa population. Au Québec, cette proportion était de 19%. La croissance de cette tranche d’âge entre 2018 et 2019 a atteint 4% dans la RMR de Québec, contre 3,2% pour la RMR de Montréal et 3,5% pour le Québec.

À titre comparatif, les données les plus récentes de l’OCDE4 au moment de cette analyse, permettent de constater qu’en 2018, la proportion des 65 ans et plus était de 17,2% pour l’ensemble des pays de l’OCDE, un niveau similaire à celui du Canada. Elle était de 20% pour la RMR de Québec la même année et de 28% pour le Japon.

La mise en relief avec la tranche d’âge des personnes en âge de travailler, les 15 à 64 ans, permet aussi d’illustrer le phénomène de vieillissement de la population. La proportion de cette dernière a atteint 64% de la population totale de la RMR en 2019, soit la plus faible proportion parmi les principales RMR canadiennes. Dans le même temps, les proportions dans la RMR de Montréal et au Québec étaient de respectivement 67% et 65%.

Après s’être stabilisée autour de 70% entre 2006 et 2012 dans la RMR, la proportion des personnes en âge de travailler n’a cessé de baisser pour atteindre le niveau que l’on connaît aujourd’hui. Notons qu’entre 2018 et 2019, elle a connu une relative stabilité (+0,1%) dans la région, en comparaison avec les évolutions dans la RMR de Montréal (+1,2%) et au Québec (+0,5%). Une faible performance quand on sait que durant cette période, toutes les principales RMR canadiennes ont connu des taux de croissance supérieurs à 1%.

Enfin, pour la catégorie de population la plus jeune, celle dont la tranche d’âge s’échelonne de 0 à 14 ans, l’année 2019, dans la RMR, marque une croissance modeste de 1,1% comparativement à 2018, un résultat similaire à celle du Québec. La RMR de Montréal fait à peine mieux avec une croissance annuelle de 1,3%. L’âge moyen dans la région a atteint 43 ans en 2019, un niveau supérieur à celui de la RMR de Montréal avec près de 41 ans et à celui du Québec avec 42,4 ans.

Sur les cinq dernières années, l’âge moyen a augmenté à un rythme constant dans la région, contrairement au Québec qui a connu un ralentissement de la variation pour cette variable en 2019, tandis que la RMR de Montréal montrait déjà un ralentissement en 2017. En raison de cette différence de dynamique, la région creuse l’écart avec l’ensemble du Québec et de la métropole.

Accroissement naturel de la population

Mise en parallèle avec l’année 2018, 2019 marque une amélioration au chapitre de l’accroissement naturel de la population, soit la différence entre les naissances et les décès. Toutefois, la situation de la RMR s’est tout de même dégradée depuis les cinq dernières années. Le nombre de naissances en 2019 dans la région de Québec a atteint 7807 personnes, soit une augmentation 108 (1,4%) depuis 2018, mais une baisse de 619 (-7,3%) depuis 2014. Le nombre de naissances est sous la barre des 8000 pour une troisième année consécutive.

Notons toutefois que la croissance des naissances entre 2018 et 2019 (1,4%) constitue une première depuis 2013, année pendant laquelle la croissance du nombre de nouveau-nés avait atteint 0,2%. Durant les cinq années suivantes (2014-18), la RMR a systématiquement connu un déclin dans le nombre des naissances.Au regard du nombre de décès, il s’est établi à 6439 personnes, une baisse de 204 depuis 2018 (-3,1%), mais une hausse de 493 (+8,3%) depuis 2014.

Par conséquent, l’accroissement naturel dans la RMR a atteint 1368 individus en 2019. Cela représente une croissance annuelle notable de 29,5% qui succède cependant à une baisse historique de 34,6% en 2018. Cette année-là, l’accroissement naturel avait atteint un creux historique avec 1056 individus. Le nombre de naissances pour un décès a ainsi atteint 1,21 en 2019, une amélioration en comparaison à 1,16 en 2018. Notons néanmoins que cinq ans auparavant, ce même ratio se situait à 1,42.

Migration

Compte tenu de la tendance à la baisse de l’accroissement naturel, l’accroissement migratoire, qui résulte des mouvements migratoires interprovinciaux, internationaux, ainsi que du solde des résidents non permanents, joue un rôle important afin de maintenir la croissance de la population de la RMR. La région a connu un solde migratoire positif en 2019 avec 6716 personnes de plus en comparaison à 2018, une hausse de 27% par rapport au solde de 5299 enregistré en 2018.

Notons que les différents soldes migratoires ont connu une amélioration par rapport à la période précédente. Et ce, malgré le fait que le solde interprovincial soit resté négatif.

(Source: Québec International)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *