Charlesbourg Express
14:06 24 septembre 2020 | mise à jour le: 25 septembre 2020 à 14:08 temps de lecture: 3 minutes

Dance Laury Dance: nouvel album en français, mais toujours aussi irrévérencieux

Dance Laury Dance: nouvel album en français, mais toujours aussi irrévérencieux
Photo: (Photo gracieuseté)

HARD ROCK. Six ans après son précédent album, une pause d’un an et plusieurs tournées plus tard, Dance Laury Dance arrive avec C’est ça, un premier opus dans la langue de Nelligan, avec l’option paroles qui ressemblent au parler naturel et fun en prime.

«À l’époque, on a choisi l’anglais dans le but de s’exporter et de jouer en Europe, aux États-Unis ou au Canada anglais, explique le chanteur, Max Lemire. Mais quand même, on a toujours voulu faire du hard rock en français».

Pour le chanteur, entonner un refrain français est plus facile. «Phonétiquement, le français est une langue plus précise et les consonnes frappent plus fort. […] On a voulu rapprocher comment on chante à comment on parle et éviter de tomber dans les pièges de trop bien s’exprimer», fait-il valoir. Le défi? Ne pas que ça sonne “quétaine“  ou “motté“. Il fallait trouver le ton qui allait nous ressembler. Une fois qu’on l’a trouvé, ça coulait plus facilement».

La seule angoisse du groupe est la mesure de l’impact sur leur public. «On n’a pas pu tester notre matériel. C’est compliqué de le mesurer. Ça s’est toujours passé en spectacle en espèce de communion avec les gens», se désole le chanteur.

Une pause salutaire

La pause que s’est imposée Dance Laury Dance de 2016 à 2017 a eu un effet bénéfique pour le quintette. Après du ménage dans leurs vies professionnelles et personnelles («le band prenait beaucoup de temps, c’est certain»), les cinq membres sont plus que jamais heureux de se retrouver pour faire de la musique. Le changement s’est fait principalement dans la façon d’aborder la composition des chansons. «Avant, on composait beaucoup en groupe. Mais de plus en plus, ça nous posait un problème de logistique, car Phil [Lemire, le guitariste] et moi on habite Montréal. On compose donc le squelette des tounes et on envoie ça à Québec, où réside le reste du groupe [à Charlesbourg et Limoilou]. Après, on fait les paroles». Les troubadours urbains sont également plus sélectifs dans leur façon de choisir leurs chansons. «On a vraiment du fun, on espère juste refaire bientôt des spectacles».

Un documentaire comme substitution

Dance Laury Dance a effectivement dû mettre sur pause sa tournée européenne, prévue en pleine pandémie. La date de sortie de C’est ça, a aussi été reportée du printemps à septembre 2020. Habituellement, après une sortie d’albums, les shows commencent. «On voulait quand même faire de quoi pour la sortie de l’album, pour les fans», confie le porte-parole le temps de l’entrevue. On s’est inscrit dans une espèce de camp de ressourcement pour adultes. On a amené l’équipe de tournage. On s’est pas trop pris au sérieux». Le documentaire Bienvenue au Roc Roulant est une «substitution» à une tournée, histoire de faire patienter le public qui s’ennuie d’un retour sur scène et d’une ambiance de concert en direct.

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *