Actualités
10:04 29 août 2020 | mise à jour le: 29 août 2020 à 12:30 temps de lecture: 2 minutes

Lancement de la course à la chefferie de Démocratie Québec

Lancement de la course à la chefferie de Démocratie Québec
Le conseiller muncipal de Démocratie Québec, Jean Rousseau, se présente à la chefferie de son parti. (Photo gracieuseté)

MUNICIPAL. En préparation des élections municipales qui auront lieu à l’automne 2021, Démocratie Québec entame sa course à la chefferie. Celle-ci s’amorce à l’occasion du congrès annuel de la formation politique qui se tient ce samedi 29 août au Centre Lucien Borne.

Les membres du troisième parti à l’hôtel de ville sont invités à élire leur nouveau ou nouvelle chef. Malgré la pandémie actuelle, on estime que cette course est nécessaire et qu’elle permettra d’apporter de nouvelles idées sur les enjeux de la ville de Québec. Les personnes intéressées ont jusqu’au 3 octobre pour déposer leur candidature.

Conformément aux modalités d’élection au poste de chef de parti de Démocratie Québec, le c.a. a nommé un président d’élection. Il s’agit de Me Denis Langlais, qui verra à vérifier les mises en candidatures des prétendants à la chefferie, puis à appliquer le règlement portant sur les modalités et le déroulement du scrutin.

Jean Rousseau intéressé

Seul élu du parti, Jean Rousseau, actuel conseiller municipal du district du Cap-aux-Diamants confirme sa candidature. «Je brigue la chefferie de Démocratie Québec après mûre réflexion. Cette décision s’inscrit dans mon engagement politique par lequel je vise à rassembler les citoyens et dépasser les rivalités partisanes. Nous devons retrouver nos repères, soit notre fierté et notre dignité régionale, que nous avons perdus avec le projet de réseau structurant de transport en commun (RSTC)», déclare-t-il.

Selon l’élu, «il nous faut une vision régionale pour mettre en place un véritable réseau de transport régional». M. Rousseau réclame également que les gouvernements provincial et fédéral dévoilent sans délai le rapport Charest sur l’avenir du pont de Québec. Enfin, il se dit convaincu que le futur maire de Québec doit être non seulement le leader d’une ville, mais aussi le porte-parole de la grande région de la capitale.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *