Actualites
14:20 25 août 2020 | mise à jour le: 25 août 2020 à 15:16 temps de lecture: 4 minutes

Québec ne favorise pas un logiciel de traçage… pour l’instant

Québec ne favorise pas un logiciel de traçage… pour l’instant
Le point de presse de mardi midi s’est tenu en présence de Christian Dubé (au centre), ministre de la Santé, d’Éric Caire, ministre déléguée à la Tranformation numérique gouvernementale, et d’Horacio Arruda, directeur provincial de la Santé publique. (Image tirée d’une vidéo)

SANTÉ. Après consultation et réflexion, le gouvernement du Québec décide de ne pas aller de l’avant avec une application de traçage des cas de Covid-19. La balance des avantages par rapport aux inconvénients ne s’avère pas concluante, même si on reste en alerte et on se prépare en cas de besoin éventuel.

La décision a été confirmée par le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire. Il réfère aux efforts menés dans le monde pour implanter des applications de traçage des cas d’infection au coronavirus. Le Canada en propose une également.

«Dans les dernières semaines, le Québec a mené une consultation sur la pertinence de se joindre à un tel projet. Des experts se sont penchés sur cette éventualité aussi en commission parlementaire. Compte tenu des opinions reçues et du contrôle relatif de la crise sanitaire, le gouvernement a décidé de ne pas aller de l’avant», indique le ministre Caire.

Il précise néanmoins que des études de faisabilité se poursuivent et sont tout de même menées pour préparer le terrain. Le gouvernement québécois veut être prêt à réagir, si la situation évoluait de façon négative. Il serait alors possible de lancer rapidement une application de traçage à titre de mesure préventive.

Par contre, M. Caire insiste sur le fait que le succès d’un tel outil dépend de la participation massive de la population. En ce sens, il entend poursuivre la divulgation d’informations sur son fonctionnement, afin de rassurer les gens. Particulièrement sur le type de données qui sont requises et la protection de la vie privée.

Position favorable

De son côté, le ministre de la Santé, Christian Dubé, rappelle que le gouvernement a beaucoup rouvert l’économie depuis le début de l’été. Tout ça en contrôlant la propagation et les nouvelles éclosions de Covid-19. C’est pourquoi il se dit confiant pour une rentrée scolaire sécuritaire.

Il renforce ses propos en mentionnant «qu’au cours de la dernière semaine, on a maintenu une moyenne sur 7 jours sous les 80 cas d’infection au quotidien. C’est la deuxième semaine à ce rythme encourageant. Cela place le Québec parmi les endroits où la pandémie est la mieux contrôlée dans le monde, pour l’instant.

«N’oublions pas que la situation demeure fragile, s’empresse-t-il de préciser. Là, on a aplati la courbe sous les 20 cas par million d’habitants et il faut saluer le travail de nos équipes du système de santé. On veut maintenir ce niveau pour éviter une seconde vague et garder le style de vie qu’on a actuellement. Ça reste une nouvelle réalité, qui demande une adaptation, mais on est sur la bonne voie.»

Vies et économie en jeu

De l’avis de Christian Dubé, on doit garder à l’esprit que des vies sont en jeu. Il y a encore des cas qui dégénèrent et se compliquent. Même chez les jeunes, il y a des pertes de vie et des séquelles lourdes et parfois permanentes. «Il faut maintenir notre vigilance pour éviter de contaminer les gens fragiles et ne pas engorger les hôpitaux. Autrement, il y a risque de ralentir les autres services et de reporter des opérations. Même de perdre les ouvertures qu’on s’est données depuis le début du déconfinement.»

À ses yeux, c’est la santé qui prime, mais il faut aussi penser aux impacts sur l’économie d’un retour en arrière. Pour faire une image, le ministre compare la Covid-19 à un feu. «Présentement, c’est comme un petit feu dans le bosquet. Mais, si on ne fait pas attention, il suffit d’un petit coup de vent pour que ça devienne un feu de forêt.»

Lire le texte sur le bilan quotidien de l’évolution de la pandémie.

Québec Hebdo

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, compare la Covid-19 à un feu de bosquet risquant de dégénérer en feu de forêt. (Image tirée d’une vidéo)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *