Actualites
12:26 18 août 2020 | mise à jour le: 18 août 2020 à 14:01 temps de lecture: 4 minutes

Plan d’action en neuf points pour contrer une seconde vague de Covid au Québec

Plan d’action en neuf points pour contrer une seconde vague de Covid au Québec
Lors du point de presse, le ministre de la Santé, Christian Dubé, était accompagné de Lionel Carmant et Marguerite Blais, respectivement ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux et ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, ainsi que du directeur de la Santé publique, Horacio Arruda. (Capture-écran)

SANTÉ. Fort des leçons tirées dans la lutte contre la pandémie de Covid-19, le gouvernement du Québec élabore un plan d’action pour contrer une éventuelle deuxième vague. Il mise sur une série de priorités afin de préparer le réseau de la santé et des services sociaux à répondre à la tâche.

L’objectif est de mettre des solutions efficaces en œuvre d’ici le 30 septembre. Car, l’équipe gouvernementale en santé, composée par les ministres Christian Dubé, Lionel Carmant, Marguerite Blais et le Dr Horacio Arruda, affirme qu’une remontée des cas reste probable. «On a appris à contrôler la propagation. Mais, il ne faudra pas s’étonner et se décevoir que des cas vont réapparaître avec le retour à l’intérieur cet automne», évoque M. Dubé.

Le plan d’intervention s’articule autour de neuf axes d’intervention. Il s’agit des milieux de vie pour aînés, des clientèles vulnérables, de la main-d’œuvre, du dépistage, de la prévention et du contrôle des éclosions, de l’organisation clinique et des services, de l’approvisionnement, de la gouvernance et des communications.

Principaux points de mobilisation

Le gouvernement du Québec se mobilise notamment pour:

  • Avoir un gestionnaire responsable pour chaque CHSLD et maintenir un accès sécuritaire pour les proches aidants;
  • Offrir des services de soutien à domicile adaptés aux besoins des usagers;
  • Maintenir le délestage au minimum pour les services sociaux;
  • Recruter massivement des préposés dans les CHSLD;
  • Interdire la mobilité de main-d’œuvre, tout en respectant de façon stricte les règles de prévention et de contrôle des infections (PCI);
  • Réduire les délais de l’ensemble du processus de dépistage;
  • Soutenir une offre de services optimale en chirurgie, en endoscopie et en imagerie médicale;
  • Assurer l’approvisionnement en équipement de protection individuelle (ÉPI) en concluant des ententes avec des fabricants québécois pour la production de produits stratégiques;
  • Rejoindre l’ensemble de la population par des communications ciblées et adaptées aux différents publics.

Investissement en Santé publique

Le dévoilement de ce plan s’accompagne d’un investissement de 106M$ octroyé à la Santé publique pour embaucher des ressources humaines et acquérir des ressources matérielles. Grâce au recrutement d’environ 1000 équivalents temps complet, les établissements régionaux auront une meilleure capacité à retracer rapidement les cas de Covid-19. Cela permettra de prévenir et gérer les éclosions dans les différents milieux et de coordonner l’administration d’un éventuel vaccin.

Les élus se veulent clairs, «nous allons tout faire pour nous protéger contre la Covid-19. C’est ensemble que nous avons traversé la première vague et c’est aussi ensemble que nous relèverons le défi de vaincre le virus.» Tel est leur engagement à répondre au mandat qui leur est confié par le premier ministre du Québec, François Legault.

Ce qu’ils ont dit:

«Bien avant la pandémie, nous étions confrontés à plusieurs importants défis d’infrastructures, de main-d’œuvre et de gouvernance. La crise a mis en lumière ces lacunes et besoins. On dit aux Québécois qu’on a énormément appris de la première vague, autant de nos bons coups que de nos erreurs. Par exemple, la problématique en CHSLD est en voie d’être corrigée avec l’arrivée de 10 000 nouveaux travailleurs. Le nerf de la guerre demeure l’agilité et la rapidité dans nos actions.» – Christian Dubé, ministre de la Santé du Québec

«Parallèlement, nous avons l’intention de réduire les impacts de la pandémie sur la détresse psychologique. Il faut également combler le besoin de développer les réseaux d’entraide à domicile. Des efforts seront aussi consacrés à l’appui des organismes communautaires et à la lutte à l’itinérance.» – Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux

«Le relatif contrôle actuel de la pandémie s’avère le temps idéal pour mieux protéger nos aînés. Il faut faire mieux et on le doit aux victimes ainsi qu’à leurs proches. Les CHSLD méritent plus d’amour et c’est l’orientation que souhaite prendre le gouvernement, afin de corriger un long passé de négligence. C’est toute la culture des soins de longue durée qui doit changer.» – Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *