Actualites
09:13 7 août 2020 | mise à jour le: 7 août 2020 à 11:02 temps de lecture: 3 minutes

Québec 21 réitère la faiblesse du consensus à l’égard du tramway

Québec 21 réitère la faiblesse du consensus à l’égard du tramway
Pour le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, les nombreuses questions sans réponses compliquent l'évaluation du projet de tramway par le BAPE. (Photo Métro Média – Archives)

TRANSPORT. Pour l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec, l’analyse du projet de tramway risque d’être faussée par un dossier d’affaires incomplet et des études de besoins désuètes. Québec 21 suggère donc au Bureau d’audience publique en environnement (BAPE) de prolonger sa commission d’enquête, jusqu’à ce que les informations utiles soient obtenues.

Dans le mémoire présenté jeudi par le chef Jean-François Gosselin, on ne remet pas en question la pertinence de repenser le transport en commun, mais l’absence de consensus sur le projet actuel. L’opposition à l’hôtel de ville soulève plusieurs questions qui demeurent sans réponses, dont l’aspect de l’achalandage après la pandémie et la faveur au télétravail. Aussi, elle estime que la comparaison entre les divers modes de transport collectif n’a pas été réalisée de façon optimale.

«Comme il s’agit du plus grand projet de l’histoire de Québec, permettez-nous de faire quelques observations et recommandations. D’abord, devant le refus de la Ville de déposer les vrais coûts du dossier d’affaires, nous proposons que le BAPE poursuive ses travaux. Au-delà de l’échéancier de novembre si nécessaire et tant que les citoyens ne pourront voir le dossier d’affaires à jour», soutient M. Gosselin.

Réévaluer les options

Le chef de Québec 21 allègue aussi que l’étude comparative des modes de transport lourds n’a pas été effectuée dans les règles de l’art. «Le choix de Systra, déjà sous-traitant de la Ville, soulève des doutes sur l’indépendance du résultat.» Il demande au BAPE de mandater une firme indépendante pour réévaluer les options, tout particulièrement le tramway par rapport au métro léger.

Pour les élus de l’opposition, il s’avère également préoccupant que le projet de tramway ne tienne pas compte de l’aménagement du futur 3e lien routier entre Québec et Lévis. On trouve inconcevable un possible dédoublement entre deux modes de transport différents devant déboucher dans le pôle Saint-Roch. Il y aurait lieu «d’attendre les plans officiels du tracé du 3e lien avant de finaliser celui du tramway».

Jean-François Gosselin conclut son propos en paraphrasant le maire Régis Labeaume. «Ce dernier a déjà déclaré que la précipitation politique est la pire des conseillères dans un projet d’une telle envergure. C’est pourquoi il est primordial de respecter à la lettre toutes les étapes techniques et scientifiques. Nous n’avons jamais été autant en accord avec lui.»

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *