Communauté
14:44 30 juillet 2020 | mise à jour le: 30 juillet 2020 à 13:58 temps de lecture: 3 minutes

Prises d’otages: Le groupe tactique d’intervention officialisé à Québec

Prises d’otages: Le groupe tactique d’intervention officialisé à Québec
Geneviève Guilbault a officialisé le groupe tactique d’intervention de la Ville de Québec. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

SÉCURITÉ. La vice-première ministre, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, accorde le droit de prendre en charge entièrement les interventions lors d’une prise d’otage impliquant un tireur actif au Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Une première demande de création d’un Groupe tactique d’intervention (GTI) a été formulée en 2016 par le corps de police.

Une démonstration de l’usage d’un bélier par un agent du GTI. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

Robert Pigeon, directeur du SPVQ, précise que seules la Ville de Montréal et la Sûreté du Québec disposaient d’une autorisation gouvernementale pour intervenir lors de prises d’otages impliquant un tireur actif. Il a rappelé que lors des événements survenus à la mosquée de Québec, en janvier 2017, des policiers du SPVQ étaient en lien direct avec le suspect. «Maintenant, on peut travailler conjointement avec la SQ et sans être relevée par elle.»

«Assurer la sécurité d’une ville comme Québec nécessite qu’une organisation comme la nôtre soit appuyée par des équipes spécialisées.»
-Robert Pigeon

Geneviève Guilbault a mentionné que l’événement de la mosquée avait démontré la pertinence d’une telle unité d’intervention locale par le SPVQ. «Il y a aussi l’enjeu de proximité et d’immédiateté. Si quelqu’un est pris en otage à Québec, je crois qu’elle sera heureuse d’apprendre que l’équipe qui pourra venir la sauver est installée à Québec, et non à Montréal.»

Le directeur ajoute que le corps policier a dû franchir un processus très long afin d’établir et démontrer sa capacité opérationnelle aux entraînements et aux formations exigées par le ministère de la Sécurité publique. Il a également tenu à remercier la SQ qui a délégué il y a 10 ans un premier officier pour démarrer le GTI du SPVQ.

Geneviève Guilbault en compagnie du directeur du SPVQ, Robert Pigeon. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
Le nouveau véhicule d’intervention tactique du SPVQ. (Photo Métro Média – Alain Couillard)

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *