Beauport Express
12:58 30 juillet 2020 | mise à jour le: 10 août 2020 à 13:36 temps de lecture: 4 minutes

Les charmes secrets de Québec [PHOTOS]

Les charmes secrets de Québec [PHOTOS]
Photo: (Métro Média - Perrine Gruson)

VISITE. Si l’envie vous prend de partir à la découverte de la Capitale, que vous veniez de partout dans la province ou que vous y habitiez, une visite guidée pourrait vous en apprendre plus que vous ne le croyez. Au cours d’une promenade commentée proposée par l’Association de guides touristiques de Québec, Métro Média a pu découvrir la véritable histoire du «faux» boulet de canon de la rue Saint-Louis, regarder l’édifice Price d’un angle inusité et profiter de havres de paix insoupçonnés.

Alors que seulement 20 à 25% des guides touristiques sont à l’emploi pour la saison sur les 300 qui animent la Capitale, ceux-ci aimeraient faire profiter le public de leurs compétences. Voici quelques stations qu’a fait découvrir la professionnelle Marie-Pierre Lessard, de l’Association des guides touristiques de Québec lors du circuit effectué qui ont permis de redécouvrir la ville.

Un canon oublié?

Après un départ de la Place d’Armes, lieu d’animation et foisonnant de visiteurs par excellence, même sans touristes internationaux, le premier arrêt s’est fait au bistro-boutique Les Trouvailles de chez Jules. La guide en a profité pour vanter sa bonne bouffe et ses trouvailles du terroir mais également pour déplacer précautionneusement une branche de sapin afin de montrer un bout de canon qui daterait de l’époque des batailles entre Anglais et Français. Information surprenante mais non confirmée, car invérifiable selon la guide qui l’a appris elle-même dans un livre.

Loin du bruit chez les Ursulines


Après l’effervescence de la rue Sainte-Anne, nous effectuons un petit détour par le Musée des Ursulines. Le coin des rues Donnacona et du Parloir où se trouve une statue de Marie-de-l’Incarnation s’avère comme un cocon loin du bruit et de l’agitation. À peine entend-on quelques rires d’enfants du centre de la petite enfance adjacent.

Le «faux» boulet de canon
Entre les racines d’un arbre centenaire de la rue Saint-Louis se trouverait un boulet de canon datant de l’époque de la bataille des plaines d’Abraham. «Les boulets de canon de l’époque avaient la taille de gros pamplemousses, donc bien plus petits que cela. En fait, il s’agit d’un chasse-roue pour protéger les coins des murs des bâtisses», révèle la guide.

La rue secrète au bout de Mont-Carmel
Voie privée au bout de la rue du même nom, ce bout de rue accessible seulement aux piétons donne sur un paisible espace vert. Oasis de tranquillité et de verdure, les maisons en rangées donnent le goût de s’y arrêter ou pourquoi pas, d’y résider.

Le parc Cavalier du Moulin pour y lire en paix
Minuscule espace vert surplombant les fouilles archéologiques de l’ancien hôpital militaire, le parc Cavalier du Moulin est l’endroit parfait pour observer les toitures de cuivre du Vieux-Québec ou encore y lire sur ses deux uniques bancs. On peut également y observer l’édifice Price d’un côté méconnu.

Le calme et la vue sur le fleuve de la terrasse Pierre-Dugua-De-Mons
La terrasse juste en dessous de la Citadelle permet d’observer à la fois le Château Frontenac et le Saint-Laurent pour une vue époustouflante.

 

L’Association des guides touristiques de Québec comprend 280 membres qui travaillent à faire découvrir la ville au public. Pour une visite de groupe, on peut s’attendre à payer de 20 à 30$ tandis qu’engager un guide pour un tour privé (couple ou famille) peut s’élever à environ 170$. «Mais on personnalise aux intérêts de chacun, on fait plus de pauses aux toilettes ou pour manger s’il y a des enfants par exemple», explique Mme Lessard. Pour informations: www.agtq.org/

Marie-Pierre Lessard, guide touristique depuis six ans et Claude Beauchamp, guide et président de l’Association des guides touristiques de Québec.

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Gaston Michel Côté

    Bonjour,
    Pour votre information, le canon planté droit au coin d’un édifice sert de chasse-roue afin de protéger la maison des voitures à cheval qui tournaient le coin. C’est la même chose qu’avec le soi-disant `boulet de canon«  sur la rue Saint-Louis.