Économie
09:04 29 mai 2020 | mise à jour le: 11 juin 2020 à 09:41 temps de lecture: 2 minutes

L’attirance persiste pour les résidences en banlieue

L’attirance persiste pour les résidences en banlieue
Les résidences de la banlieue continuent de séduire les acquéreurs potentiels, particulièrement les jeunes familles. (Photo Métro Média – Archives)

SONDAGE. Les acheteurs potentiels démontrent toujours un intérêt marqué pour les propriétés de la banlieue. Pour leur part, les vendeurs ont une attirance dominante pour une demeure plus vaste et un terrain plus grand.

C’est ce que révèle la première phase d’une enquête de la firme de courtage immobilier Re/Max sur les intentions des Québécois. Menée à la fin mars, en plein début de confinement lié à la crise de la Covid-19, elle sera suivie d’une seconde phase. Celle-ci visera à mesurer l’impact de la pandémie sur les intentions d’achat ou de vente d’une propriété au Québec.

Faits saillants acheteurs

  • Pour la moitié des répondants (46%), le lieu idéal de leur future résidence serait la banlieue. La ville arrive 2e (28%) et la campagne 3e (21%).
  • Près de 40% des répondants considèrent probable l’achat d’une propriété résidentielle au cours des cinq prochaines années.
  • Plus de la moitié des futurs acheteurs (58%) visent l’achat d’une résidence qui répond à tous leurs critères, quitte à retarder leur achat.
  • La moitié des futurs acheteurs (50%) possèdent l’argent nécessaire à leur mise de fonds et cette proportion monte à 71% pour les futurs acheteurs qui sont déjà propriétaires.

Faits saillants vendeurs

  • Parmi les propriétaires responsables du paiement de l’hypothèque, 37% considèrent probable de vendre leur propriété au cours des cinq prochaines années.
  • Plus de la moitié des futurs vendeurs vendraient leur propriété pour avoir un plus grand terrain (58%) ou une plus grande propriété (55%).
  • Plus de la moitié des futurs vendeurs (58%) ont procédé à des rénovations pour faciliter la vente de leur résidence ou obtenir un meilleur prix.
  • Une proportion significative de personnes de 55 à 64 ans vendraient leur propriété pour emménager dans une propriété moins dispendieuse (72%) ou plus petite (81%).

Perspectives sur les prix

Les propriétaires des régions de Montréal, Québec, Trois-Rivières/Drummondville, Sherbrooke et Gatineau sont confiants d’obtenir le prix demandé lors de la revente de leur propriété (entre 78% et 87%). Une certitude réduite à 61% chez les propriétaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *