Actualites
10:51 14 mai 2020 | mise à jour le: 14 mai 2020 à 10:52 temps de lecture: 4 minutes

Du tourisme pour les gens d’ici à Québec cet été

Du tourisme pour les gens d’ici à Québec cet été
Photo: (Photo page Faceboook - Office de tourisme de Québec

VISITE. L’industrie touristique, touchée de plein fouet par la pandémie de Covid-19, compte sur le tourisme local, voire interrégional, pour montrer les attraits de la région à une clientèle bien moins diversifiée et nombreuse qu’à l’habitude.

«Il n’y aura aucune croisière, aucun tourisme international. On ne pense même pas qu’il y aura des Canadiens d’autres provinces dans la région cet été», se désole Benoît Pigeon, directeur de l’Office de tourisme de Québec. Finis également, le Festival d’été, les Grands Feux Loto-Québec et tous les petits et grands rassemblements qui permettaient la venue de milliers de personnes dans la Capitale.

Alors comment maintenir à flot une industrie déjà fortement mise à mal avec la fermeture des commerces et la distanciation sociale? «Ce sont les citoyens qui vont redécouvrir leur ville», avance Benoît Pigeon qui espère tout de même avoir une clientèle touristique de l’Est-du-Québec, si les mesures sanitaires le permettent. Cependant, la seule avenue sur laquelle compter pour le moment, ce sont les «excursionnistes», c’est-à-dire les citoyens venant visiter la ville pour une seule journée.

Une saine compétition?

«Il faut y aller avec de la prudence dans l’approche. Toutes les régions voudront attirer les Québécois chez eux. On va devoir travailler fort pour rassurer les gens. Il ne faudra pas se cannibaliser», croit le directeur. L’Alliance du tourisme, qui s’affaire habituellement à faire rayonner le Québec à l’international, changera ses pratiques pour faire rayonner la province à l’intérieur d’elle-même et aidera l’industrie touristique en ce sens. «Quand on va vouloir se démarquer, on va miser sur quelques lignes», explique le directeur. Selon lui, le fait que la région comprenne autant le Vieux-Québec que la Côte-de-Beaupré et Portneuf est assurément un point fort. «Le Québec, ce n’est pas un prix de consolation. Ça va être le temps de se balader, de faire des trips en voiture».

Très festif

On veut faire quelque chose d’extrêmement convivial. On pourra par exemple réaliser des petits lieux comme les stations chaleureuses avec un peu d’animation, un peu de musique. On pourrait essayer d’attirer les gens autour d’une prestation, en respectant la distanciation», explique M. Pigeon qui travaille en ce sens avec la Ville de Québec. Évoquant également de petits points de divertissements, des événements presque spontanés ou en tout cas non annoncés, les parcours déambulatoires s’avèrent pour lui une avenue intéressante. «On veut capturer l’imaginaire, chanter, danser. C’est ce qu’on étudie et on va arriver à des solutions», exprime le directeur.

Benoît Pigeon est persuadé de la qualité de l’offre touristique qui sera offerte aux gens de la région. «On va encourager les citoyens à sortir de chez eux, à chanter et à danser. Venez redécouvrir le Vieux-Québec d’un œil différent, marcher sur les Plaines, profiter du fleuve. Venez acheter des mets à emporter des restaurateurs. Les gens voudront se côtoyer de nouveau».

Hécatombe

Si la volonté de satisfaire une clientèle restreinte est là pour l’Office de tourisme, la lucidité sur la situation qui s’annonce désastreuse des commerçants fait également partie du décor. «Ce n’est pas tout le monde qui va pouvoir rouvrir cet été. Surtout les saisonniers, leur avenir est potentiellement en jeu. C’est tellement dommage de voir des entrepreneurs, des commerçants dans la misère, dans l’incertitude. Ça va être extrêmement difficile de survivre même pour ceux qui étaient en excellente situation financière avant la crise», entrevoit M. Pigeon. Il indique que les pertes financières ne peuvent pas être chiffrées pour l’instant puisque trop de paramètres sont encore inconnus sur la suite des choses.

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *