Économie
16:32 8 mai 2020 | mise à jour le: 8 mai 2020 à 16:33

Chute drastique, mais temporaire de l’emploi en avril

Chute drastique, mais temporaire de l’emploi en avril
Photo: Getty Images/iStockphotoPlusieurs commerces et entreprises au Québec ont dû fermer en raison de la pandémie de Covid-19. L'impact a été inévitable sur le taux de chômage record. (Photo Métro Média – Archives)

STATISTIQUES. La dégringolade du nombre d’emplois en avril était attendue par les économistes. Les données sont désolantes, certes, mais la situation est temporaire. On sait d’ores et déjà que le portrait du marché du travail sera moins sombre en mai.

Selon Statistique Canada, le taux de chômage de la région métropolitaine de recensement (RMR) de Québec a atteint 9,5% au mois d’avril, une augmentation de 5,4 points de base depuis le début de la crise (février 2020).

En se référant à sa plus récente Enquête sur la population active (EPA), on estime qu’il y avait 400 000 personnes en emploi dans la région, soit 26 600 de moins qu’au mois de mars (-6,2%) et 38 300 de moins qu’au mois de février 2020 (-8,7%), des reculs attribuables aux impacts de la COVID-19.

Pire au Québec

Par ailleurs, le Service des études économiques Desjardins rapporte que le taux de chômage du Québec a grimpé à 17% en avril. Il s’agit d’un record depuis le début de l’EPA réalisée par Statistique Canada en 1976. De même, les pertes d’emplois se chiffrent à 556 500, une ampleur sans précédent pour la province.

Assurément, la mise sur pause de nombreux pans de l’économie a eu des effets néfastes sur le marché du travail. Le déconfinement graduel devrait améliorer la situation.

Mieux au Canada qu’aux USA

À l’échelle nationale, le mois d’avril s’est soldé avec 1 993 800 emplois perdus. Ceux-ci s’ajoutent aux 1 010 700 emplois perdus en mars. Au Canada, le taux de chômage est ainsi passé de 7,8% en mars à 13% en avril. Un évident contraste sur l’avant-pandémie, alors qu’il se situait à seulement 5,6% en février.

Notons qu’aux États-Unis, l’enquête auprès des entreprises indique qu’il y a eu 20 500 000 mises à pied nettes en avril, après la perte de 870 000 emplois. C’est la pire baisse de l’emploi depuis que les données mensuelles ont commencé à être compilées. Le taux de chômage a bondi, pour passer de 4,4% en mars à 14,7% en avril, le plus haut niveau depuis octobre 1940.

(Tableau gracieuseté – QI)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *