Économie
07:39 7 mai 2020 | mise à jour le: 6 mai 2020 à 16:31

Baisse inévitable de l’activité immobilière en avril à Québec

Baisse inévitable de l’activité immobilière en avril à Québec
Tous les segments de propriétés ont subi une baisse des transactions en avril 2020. (Photo Métro Média - Archives)

STATISTIQUES. Comme prévu, la mise en pause de nombreux secteurs économiques pour lutter contre la propagation de la Covid-19 a eu des impacts sur l’immobilier en avril. Seule consolation, le marché de Québec semble avoir été moins affecté que dans les autres centres urbains de la province.

La plus récente compilation de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ) dénombre 403 transactions. Il s’agit d’une chute majeure de 55% par rapport au même mois l’an dernier.

«Malgré tout, les acheteurs se sont montrés relativement actifs dans des circonstances, alors que les vendeurs ont reporté leur projet de vendre leur propriété. Ainsi, les conditions de marché ont cessé de se resserrer pour demeurer favorables aux acquéreurs», observe Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ.

Variations par catégories

Les reventes de maisons unifamiliales, qui représentent la majorité des transactions (260 ventes), ont enregistré la plus forte chute de l’activité (-60%). Par ailleurs, au cours d’avril, on recense 3886 inscriptions, soit un repli de 20% sur 2019.

Dans le segment des copropriétés, les reventes ont quant à elles connu une contraction de 50% avec 103 transactions. Malgré les circonstances exceptionnelles, le délai de vente moyen est descendu à 149 jours, soit une amélioration de 29 jours.

Pour les plex de deux à cinq unités, le recul des reventes s’avère relativement réduit à seulement 24%. Les inscriptions en vigueur étaient aussi en baisse de 21%, à 520 unités contre 656 un an auparavant.

(Tableau gracieuseté – APCIQ)

Variations par secteurs

Une chute historique de l’activité transactionnelle a été enregistrée dans l’ensemble des secteurs de la région de Québec. Cependant, le secteur de la rive-sud de Québec figure parmi les marchés qui ont connu la moins forte baisse des reventes dans la province. La diminution est de 42% de l’activité (81 reventes).

Le secteur de la périphérie nord de Québec limite aussi l’écroulement des reventes, avec 56 transactions (-53%) contre 118 en avril 2019. Finalement, le secteur de l’agglomération de Québec a vu ses reventes reculer de 59% (266 reventes).

Variations des prix

Toujours à l’échelle de la région de Québec, le prix médian des unifamiliales s’est replié de 2% pour s’établir à 260 000$. Le prix médian des copropriétés a également décliné de 4%, à 185 000$. Le prix médian des plex de deux à cinq unités a aussi connu une légère baisse de 2%, à 322 000$.

(Tableau gracieuseté – APCIQ)

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *