Actualites
16:10 17 avril 2020 | mise à jour le: 17 avril 2020 à 16:14

Un soutien financier de 45 M$ pour travailler dans nos champs

Un soutien financier de 45 M$ pour travailler dans nos champs
Pour appliquer, consultez le emploiagricole.com (Photo Métro Média – Archives)

Alimentation. Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, et le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ont annoncé en conférence de presse différentes mesures afin d’aider au recrutement de travailleurs agricoles de proximité.

«Nourrir le Québec, c’est quelque chose de très important. Au cours des quatre dernières semaines, il y a un travail extraordinaire qui a été fait pour assurer la chaine d’approvisionnement du Québec. Tout doit être mis en œuvre pour assurer cette sécurité alimentaire. La saison des récoltes qui arrive est d’une importance capitale. Depuis plusieurs années, les producteurs agricoles comptent sur une main-d’œuvre temporaire qui vient de l’étranger. Dans la crise actuelle, cette présence n’est pas assurée. Dans ce contexte, on a besoin de bras que l’on peut trouver chez les Québécois qui ont perdu leur emploi dans les dernières semaines ou des étudiants. On lance un appel à tous les Québécois sans emploi et aux jeunes pour investir les champs à la grandeur du Québec», a annoncé André Lamontagne.

D’abord, afin d’inciter les Québécois à s’impliquer davantage dans ces emplois essentiels en agriculture, le gouvernement ajoutera une prime de 100$ par semaine au salaire donné par les entreprises à partir de 25h de travail par semaine pour les travailleurs qui reçoivent le salaire minimum, et ce du 15 avril au 31 octobre inclusivement. Cette prime sera rétroactive au 15 mars et pour une durée totale de 16 semaines. Le salaire minimum sera de 13,10$ à partir du premier mai. Cette aide sera ajoutée à ce salaire de base.

Par ailleurs, 2M$ serviront pour de l’aide pour des offres de transports adéquates pour les travailleurs alors qu’un autre montant sera dédié à la formation de cette nouvelle main-d’œuvre.

Il manquerait environ 8500 travailleurs locaux pour aider dans les champs. Ces mesures visent à assurer l’autonomie alimentaire du Québec. Le but ultime est de maximiser les opportunités d’offres de produits locaux. «Aujourd’hui au Québec on compte 900 serres et dans le programme gouvernemental, dont un budget de 50 M$ a été déposé en mars, on prévoyait déjà de doubler ces superficies. Notre objectif est de réduire notre approvisionnement extérieur en denrées que l’on peut produire ici», a affirmé le ministre Lamontagne.

Ce concept financier devrait aider à garder les travailleurs dans les champs pour toute la saison. On fait appel à la solidarité et à l’engagement pour garder la main-d’œuvre malgré l’éventuel déconfinement ou retour à l’école.

Pour appliquer, consultez le emploiagricole.com.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *