Quebec Hebdo
16:00 5 avril 2020 | mise à jour le: 3 avril 2020 à 14:41 temps de lecture: 4 minutes

Relations sexuelles en temps de pandémie, comment gérer ça?

Relations sexuelles en temps de pandémie, comment gérer ça?
La sexualité en temps de pandémie, pas une mince affaire! (Photo 123 RF)

CORONAVIRUS. La sexologue de Québec Sophie Brousseau a quelques conseils pratiques à appliquer sous les couvertures en temps de COVID-19. Ceci, autant pour les couples que pour les célibataires.

Pour les amateurs des rencontres sexuelles de type «one night», vous proposez qu’ils prennent quel genre de mesures pour se protéger?

«Je crois que dans les derniers jours, le message est clair: restez à la maison. Donc, ce n’est pas le temps de coucher à droite et à gauche. Même si votre «date» vous dit qu’elle n’a pas voyagé et n’a pas de symptômes, peut-être qu’elle a voyagé, mais qu’elle est tellement en manque de sexe dû à sa quarantaine qu’elle vous ment pour obtenir du sexe ou bien qu’elle a contracté le coronavirus, mais qu’elle ne le sait tout simplement pas.

J’imagine que c’est comparable aux gens qui ne se font pas tester pour les maladies sexuellement transmissibles?

«En effet, c’est fréquent avec les ITSS que nous entendions ceci: «je suis clean, je n’ai même pas de symptômes». Bizarrement, quelques jours plus tard, son/sa partenaire le/la rappelle pour lui annoncer qu’elle a passé des tests à la suite de leurs relations sexuelles et qu’elle/il a une ITSS. Présentement, des personnes mentent pour obtenir des soins à l’hôpital alors il ne serait pas surprenant qu’elles le fassent aussi pour de l’affection et du sexe. Et, les recommandations générales, c’est de garder une distance de deux mètres des autres alors, difficile dans un contexte de relations sexuelles. On s’entend que si vous rencontrez quelqu’un, ce n’est pas pour vous regarder à une bonne distance pendant 1h, mais plutôt pour avoir des contacts physiques. Ce n’est pas possible présentement. Et, si jamais vous outrepassez les règles et que vous vagabondez d’une fille à l’autre, vous augmentez les probabilités de vous infecter, mais aussi d’infecter toutes les personnes avec qui vous aurez des aventures.

Il n’y a rien de bien excitant là-dedans…

«C’est sûr que si vous êtes préoccupés(es) pendant la relation sexuelle à savoir si votre partenaire a le coronavirus ou non, gageons que ce stress aura des impacts négatifs sur vos fonctions sexuelles (par exemple, une panne érectile ou une difficulté à atteindre l’orgasme). Ce sont toutes des raisons pour lesquelles il est primordial de rester à la maison.»

Que conseillez-vous aux couples en ce moment pour les rapprochements intimes?

«Si un ou l’autre des partenaires est infecté par le coronavirus, en plus des mesures de prévention recommandées par la santé publique, vous devez éviter de coller, embrasser ou d’avoir des relations sexuelles avec votre partenaire. Et pour certain, sans doute que vous n’aurez pas du tout la tête à cela si vous êtes malade. Si vous êtes à risque d’avoir contracté le COVID-19, ce n’est pas le moment pour les rapprochements sexuels. Mais, rien ne vous empêche de partager à l’autre vos fantasmes, ce que vous aimeriez faire une fois les semaines passées, ce qui vous excite, etc. Que ce soit par écrit, en vidéo ou à travers la porte close. C’est le temps de trouver des façons innovantes et inhabituelles pour démontrer à l’autre que vous êtes tout de même là pour lui. L’imagination sera votre meilleure amie ces jours-ci!»

Mais si les deux sont responsables, prennent leurs précautions et ne présentent aucun symptôme?

«Alors, rien ne vous empêche d’avoir des relations sexuelles. En plus, vous avez plus de temps. Si vous n’avez pas d’enfants, une p’tite vite sur l’heure du dîner, entre votre boulot en télétravail, peut vous sortir de la routine. Il se peut par contre qu’un ou l’autre des partenaires ait moins le goût pour le sexe ces jours-ci. L’anxiété, les soucis financiers, le fait de passer plus de temps ensemble, etc. sont tous des facteurs qui peuvent influencer le désir sexuel. Donc, si, habituellement, votre chum est toujours le premier à lever la main pour du sexe, il se peut que ces jours-ci, sa tête soit ailleurs. Eh oui, les gars aussi n’ont pas toujours le goût. Parfois, juste de se coller devant un film peut être agréable, sans plus. Il est important de nommer vos besoins et de vous respecter mutuellement là-dedans.»

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *