Économie
07:57 28 mars 2020 | mise à jour le: 27 mars 2020 à 11:04 temps de lecture: 4 minutes

Les conséquences de la Covid-19 sur le marché immobilier

Les conséquences de la Covid-19 sur le marché immobilier
(Photo gracieuseté)

PERSPECTIVE. L’année 2019 a été marquée par une hausse importante des transactions et des prix en immobilier. En 2020, alors que l’année était partie en force, la tendance risque d’être tout autre. L’actuelle pandémie vient brouiller le portrait.

Le 23 mars dernier, François Legault mettait l’économie québécoise sur pause pour trois semaines. Cela après déjà plusieurs annonces renforçant la distanciation physique.

L’arrivée de la Covid-19 et les mesures mises en place impliquent plusieurs enjeux pour les transactions immobilières au Québec. Cela réduira très certainement les ventes à court terme. Les impacts pourraient se prolonger plus ou moins longtemps en fonction de la durée de la crise.

Promesses d’achat acceptées et transactions sur pause

Certains ménages doivent signer un acte de vente notarié au cours des prochaines semaines pour faire suite à une promesse d’achat acceptée. Dans son point de presse du 24 mars, le premier ministre avait indiqué que les notaires n’étaient pas un service essentiel. Toutefois, le tir a été rectifié par la suite. Les notaires pourront donc poursuivre leurs activités. Ainsi, la signature d’un acte notarié pour confirmer la vente d’une propriété pourra être effectuée. Ce qui évitera plusieurs problèmes.

Malgré le travail des notaires qui se poursuit, les activités de courtage immobilier, elles, sont limitées à ce qui peut être fait en télétravail. Très peu de promesses d’achat risquent donc d’être effectuées puisque les visites de logements doivent cesser pendant l’arrêt des activités non essentielles. Par conséquent, le nombre de transactions devrait chuter. Lorsque le travail des courtiers reprendra, il restera à voir dans quelle proportion les acheteurs seront au rendez-vous.

Anticipation de l’après Covid-19

Les hypothèses sont nombreuses en ce qui concerne l’impact de la crise sanitaire actuelle sur l’économie. Selon l’évolution du Coronavirus, les mesures visant la distanciation sociale pourraient durer plus ou moins longtemps. Plus la crise sera longue, plus l’impact à long terme sera important. Il est encore tôt pour déterminer les conséquences avec précisions. Beaucoup d’incertitudes demeurent sur la durée de la pandémie et l’effet des mesures gouvernementales pour pallier les problèmes financiers des entreprises et des ménages.

Une fois la situation résolue, l’économie devrait redémarrer, mais plusieurs ménages auront perdu des milliers de dollars. Les conséquences économiques pourraient perdurer quelque temps. Ainsi, plusieurs ménages pourraient reporter l’acquisition d’une propriété ou avoir un budget réduit. Alors que d’autres pourraient vouloir se départir d’une propriété devenue trop chère. Si l’économie a de la difficulté à rependre, les impacts sur les ventes et les prix pourraient se faire sentir sur une période prolongée.

Néanmoins, les taux d’intérêt demeureront très bas pour un bon moment afin de permettre la reprise économique. Déjà, depuis le début de la crise, le taux directeur a descendu de 1 point de pourcentage pour atteindre 0,75 %. Ainsi, la baisse des taux pourrait donc limiter l’impact sur les prix. C’est d’ailleurs ce qui avait été observé lors de la grande récession de 2008-2009. Le nombre de transactions avait diminué, mais les prix, eux, avaient continué de croître. La croissance a été modeste, mais tout de même présente.

Espoir permis

Les parallèles avec la récession précédente sont certes intéressants, mais peuvent également être trompeurs. Les deux situations sont différentes puisque les causes de la récession (ou l’éventuelle récession) ne sont pas les mêmes et l’intensité pourrait également varier. Néanmoins, cela laisse place à un peu d’optimisme.

Bref, seulement l’avenir pourra nous dire l’impact à plus long terme de la crise de la Covid-19 sur l’économie et l’immobilier. Pour l’instant, l’immobilier prend une pause et il faut suivre les différentes annonces gouvernementales pour mieux comprendre comment le marché se dessinera à plus long terme.

(Source: JLR Solutions Foncières – www.jlr.ca)

Articles similaires

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Matthieu Pepin

    Excellent article. Les plus touchés dans toute cette histoire sont surtout ceux qui ont subit une éviction et qui devrons quitter leur logement pour juillet. J’ai aussi écris un article sur le sujet. https://courtierlanaudiere.com/167783/

  • waassoc

    Merci pour tous ces détails sur le marché immobilier actuel qui peut avoir des conséquences sur le courtage ambiant.