Économie
17:27 8 mars 2020 | mise à jour le: 8 mars 2020 à 20:34 temps de lecture: 2 minutes

9e édition du Foodcamp: Vivre sa passion de la gastronomie

(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
Le chef Éric Fontaine a représenté l'École hôtelière de la Capitale. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉVÉNEMENT. L’emblématique salle de bal du Château Frontenac a permis à quelque 1100 épicuriens de voir et d’entendre, cette fin de semaine, 13 chefs émérites parler de leur passion culinaire sous la forme d’ateliers-conférences. La 9e édition du Foodcamp a accueilli 42 exposants, un record pour cet événement annuel.

Dégustations, rencontres avec des chefs de renom et passion culinaire, tous ces points servent de base pour la réussite du Foodcamp. Pour Yann Latouche, ce sont les détails qui font maintenant la différence, mais la base de l’événement est demeurée la même.

«On essaie de trouver un consensus afin de permettre à une personne qui passe une journée complète d’avoir un très grand éventail d’information et de techniques partagées.»
-Yann Latouche

L’expérience client globale a également évoluée, indique l’organisateur «C’est moins fait à la bonne franquette qu’au début. Il y a plus de documentation de préparée et nous avons des thématiques qui se sont ajoutées.»

Il se souvient qu’au début, des chefs soumettaient parfois une recette sur un sujet similaire durant la fin de semaine, une situation qui a depuis été corrigée. «Cela permet d’avoir une variété sur tout le contenu. Aujourd’hui, celui-ci doit définir une thématique précise, parler de ses techniques culinaires et détailler le coté historique de ce qu’il va présenter.» Selon Yann Latouche, ajouter des compléments d’information interpelle beaucoup les gens.

Progression

Au fil des années, le nombre d’exposants est passé de 15 à 43 soit 11 de plus que l’an dernier. «Nous avons ouvert un 5e salon et des exposants ont déjà réservé leur kiosque pour l’an prochain.» Un espace détente avec sofa et café a été ajouté dans la salle de bal afin d’offrir une autre expérience que celle d’être assis sur des chaises.

Le nombre de places dans la salle de bal étant limité à 550 par jour, l’organisateur a dû trouver une façon d’accueillir le public. «Nous avons développé un nouveau marché, il y a deux ans, permettant à d’autres visiteurs de rencontrer les exposants et de déguster leurs produits dans une ambiance conviviale.»

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *