Actualites
15:25 4 mars 2020 | mise à jour le: 4 mars 2020 à 15:45 temps de lecture: 4 minutes

La population de Québec fait moins confiance aux médias que le reste de la province

La population de Québec fait moins confiance aux médias que le reste de la province
Photo: (Photo Métro Média - Archives)

Les résultats d’une nouvelle enquête du Centre d’études sur les médias de l’Université Laval, publiée ce mercredi, explorent la relation de confiance entre les citoyens québécois, les médias sociaux et les médias traditionnels d’information. Les jeunes répondants se démarquent dans cette étude tout comme la région métropolitaine de Québec, où la population a nettement moins confiance dans les médias et les journalistes.

L’enquête du Centre d’études sur les médias, menée en octobre 2019 avec la maison CROP, témoigne d’une grande confiance des Québécois interrogés envers les médias et les journalistes.

La grande majorité des répondants disent faire « très » (16 %) ou « assez » (67 %) confiance aux médias d’information en général et 72 % d’entre eux font confiance aux journalistes (11 % seulement leur faisant cependant « très confiance »).

L’enquête montre aussi que seulement 34 % des répondants font confiance aux nouvelles publiées sur les médias sociaux. Ils perçoivent donc de manière clairement différente les nouvelles diffusées dans les médias traditionnels et les informations de toutes sortes que véhiculent les médias sociaux.

Les journaux comme 2e ou 3e choix pour s’informer

Les réseaux télévisés (TVA et Radio-canada) viennent largement en tête comme source d’informations. Les journaux se trouvent loin derrière comme source d’information principale. Ils demeurent cependant bien présents, notamment en tant que 2e ou 3e choix, «ce qui illustre leur statut de sources complémentaires», peut-on lire dans le rapport.

Les jeunes et la région de Québec se démarquent

Les plus jeunes (18-34 ans) font moins confiance aux médias d’information que les autres groupes d’âge. C’est notamment le cas chez les étudiants, tout comme dans la région métropolitaine de recensement de Québec (RMR).

Les jeunes font nettement moins confiance aux journalistes. Il en va de même pour les résidents de la RMR de Québec, bien que les écarts entre les différents groupes régionaux soient moins marqués que ceux qui séparent les jeunes des plus vieux.

Les réseaux sociaux comme sources d’informations

Dans le cadre de l’enquête, trois plateformes (Facebook, Twitter, YouTube) ont été retenues et on a demandé aux répondants, peu importe leur usage ou leur degré de connaissance de ces médias, s’ils considèrent que ce sont de bonnes plateformes pour s’informer à propos des nouvelles et de l’actualité. Une faible proportion de répondants considère que toutes trois sont de très bonnes plateformes pour s’informer.

Il faut cependant retenir que le niveau de confiance envers les médias sociaux reste beaucoup plus bas que celui qui a été observé dans le cas des médias traditionnels.

Quelques explications au manque de confiance

La prolifération des fausses nouvelles mine la confiance ; la difficulté de distinguer les faits des opinions crée de la confusion qui peut aussi, selon des analystes, conduire à une confiance moindre envers les médias ; et, enfin, le soutien de l’État aux médias en difficulté ne peut s’envisager que si leur rôle est perçu positivement dans l’opinion publique, ce qui requiert aussi de la confiance.

Aide de l’état?

Les deux tiers des répondants (62,2 %) sont en faveur d’une aide étatique aux médias d’information vivant des difficultés financières. Les citoyens de la RMR de Québec désapprouvent plus fortement une telle aide étatique (48,0 % par rapport à la proportion de l’ensemble des répondants qui s’y opposent, qui est de 37,8 %). Les citoyens des régions (en dehors de Montréal et Québec) y sont plus favorables

Influence positive ?

Si les Québécois interrogés hésitent à penser que les plateformes sociales sont de bonnes sources d’information ou de nouvelles sur l’actualité, ils sont cependant plus nombreux à penser que ces dernières ont eu une influence positive pour permettre aux citoyens de s’exprimer. Les jeunes se démarquent cette fois encore des autres répondants sur ce plan.

(Source: Centre d’études sur les médias)

À LIRE SUR LE MÊME SUJET: Facebook: une façon directe de s’adresser aux citoyens pour Catherine Dorion

Pour lire le rapport au complet, veuillez consulter https://www.cem.ulaval.ca/publications/confiance-medias-info-medias-sociaux-au-quebec/

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *