Actualites
14:42 24 février 2020 | mise à jour le: 24 février 2020 à 14:50 temps de lecture: 2 minutes

Possible pandémie de coronavirus: Québec suit la situation d’heure en heure

Possible pandémie de coronavirus: Québec suit la situation d’heure en heure
Photo: (Photo Métro Média - Archives)Le port du masque est obligatoire dans les espaces publics fermés au Québec à partir de ce samedi 18 juillet. (Photo Métro Média - Archives)

SANTÉ. À la suite du passage d’une personne en provenance d’Iran contaminée par le coronavirus à l’aéroport de Montréal, le ministère de la Santé et des Services sociaux a effectué un point de presse pour rassurer la population. Pour le moment, aucun cas n’est rapporté au Québec et la santé publique est en train de contacter les personnes qui auraient pu être contaminées par la voyageuse. 

Le docteur Horacio Arruda a rappelé que la personne infectée reste très peu symptomatique et que le risque de contamination massive est bas dans la province. «Cependant, la situation est suivie d’heure en heure», a fait valoir Dr Arruda.

À l’instar de l’Italie, si un foyer de transmission intensive devait voir le jour dans la province, des mesures de confinement pourraient être mises en place, ainsi qu’une interdiction de rassemblement. «Mais on n’en est pas là», a insisté M. Arruda.

Stratégie

D’après le médecin, les politiques s’orientent vers une réduction des méfaits plutôt que d’essayer à tout prix d’empêcher le virus d’entrer au pays. Des fermetures de frontières ou des quarantaines auraient d’importantes conséquences sur l’économie comme sur l’approvisionnement et restent donc des éventualités peu envisageables pour le moment.

«On n’en est plus à empêcher le virus de rentrer mais plutôt à s’assurer que les personnes malades soient prises en charge et que les personnes vulnérables ne soient pas exposées», a rappelé le médecin.

Et si un cas se déclarait demain au Québec? La stratégie serait exactement la même, selon M. Arruda.

Cependant, le médecin reste lucide. «Si tous les pays sont infectés et qu’il n’y a aucun cas au Québec, il va falloir faire des tests génétiques sur nous autres, a-t-il ironisé. On va peut-être en avoir, mais j’espère que ça va faire comme la grippe et s’éteindre».

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *