Quebec Hebdo
21:34 20 janvier 2020

La motoneige au coeur du tourisme hivernal

(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
Jean Mainguy, administrateur pour la FCMQ pour les régions de Charlevoix, Québec et Portneuf. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
L'affichage du numéro de série est obligatoire. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉVÉNEMENT. La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec (FCMQ) a profité de la fin de semaine gratuite dans les sentiers du Québec pour sensibiliser les motoneigistes à l’importance d’adopter un comportement sécuritaire en tout temps. Le message était clair: soyez attentifs, respectez toujours la signalisation et ajustez votre vitesse en fonction des conditions météorologiques.

(Photo Métro Média – Alain Couillard)

À l’occasion de la Semaine internationale de la motoneige qui déroule du 18 au 26 janvier, des représentants de la FCMQ et des agents de la Sûreté du Québec s’étaient donné rendez-vous le dimanche 19 janvier, à Saint-Raymond, afin d’installer un poste d’accueil en sentier pour interpeller les adeptes.

«S’il y a une courbe et que tu ne ralentis pas, tu risques de frapper un arbre ou pire, un motoneigiste circulant en sens inverse.»
-Jean Mainguy

«La sécurité en motoneige s’est améliorée. Malheureusement, nous avons encore des problèmes avec les conducteurs de certaines motoneiges qui ne respectent pas les règles et ceux qui circulent avec un silencieux modifié», commente Jean Mainguy, administrateur pour la FCMQ pour les régions de Charlevoix, Québec et Portneuf.

Il déplore que de plus en plus de motoneigistes ne respectent pas le balisage des sentiers. «Il y en a malheureusement de plus en plus. C’est peut-être rendu à 35% ou 40% parce que les fabricants ne font que des machines hors sentier et la publicité est axée là-dessus.» Cette situation est la principale cause de mésententes avec des propriétaires de terrains qui refusent parfois d’octroyer un droit de passage vital pour l’industrie touristique. «Très souvent pour effectuer un détour d’un kilomètre on doit parcourir 20 kilomètres.»

Malgré tout, assure M. Mainguy, ce tourisme hivernal attire des adeptes venant de partout dans le monde. «Avec des journées portes ouvertes comme celles qui viennent de se tenir, on vient chercher entre 2000 et 3000 membres de plus aux 100 000 déjà existants.» Malgré le fait que l’âge légal minimal pour conduire une motoneige est de 16 ans, il souligne que cette industrie attire beaucoup de personnes à la retraite.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *