Actualites
14:03 15 novembre 2019

Midibus: le Réseau de transport de la Capitale défend son choix

Midibus: le Réseau de transport de la Capitale défend son choix
Il y a 46 midibus présentement en service. Au final, 64 midibus devraient sillonner les parcours du RTC. (Photo Métro Média - Archives)

La fiabilité des midibus n’est pas en cause selon le Réseau de transport de la Capitale (RTC) alors que l’organisme de transport collectif est venu défendre le véhicule belge en comité plénier à la Ville de Québec. Pour le directeur général du RTC, Alain Mercier, le véhicule se comporte normalement alors que l’opposition officielle à la Ville de Québec a qualifié l’achat des autobus au constructeur belge Van Hool, de citrons.

«Les constats sont que l’achat des véhicules se sont faits de façon conforme avec l’appui du gouvernement du Québec. Les midibus hybrides belges d’une longueur de 30 pieds sont aussi fiables que les autobus hybrides NovaBus de 40 pieds. Après plus de 1 000 000 de km sur notre réseau, la fiabilité est en croissance et il y a encore des améliorations à apporter aux véhicules. L’intégration se déroule bien et le véhicule est conforme aux standards de qualité», mentionne le dirigeant du RTC.

Avec 350 signalements en huit mois de circulation, l’autobus belge n’a pas nécessairement une bonne réputation, mais le RTC tenait à rétablir les faits. «Il y a eu 261 signalements qui n’ont eu aucun impact pour la clientèle et seulement 89 signalements ont eu un impact sur la clientèle. Le fiabilité d’un nouveau véhicule est toujours plus difficile au début, mais sa courbe de fiabilité est similaire à d’autres autobus de la flotte avec un signalement à tous les 5525 km parcourus. La vérité est que c’est un bon autobus. Nous sommes contents et il va être sur nos routes pour sa durée de 16 ans. Nous sommes également satisfaits de l’implication de Van Hool dans la gestion des ajustements aux autobus achetés chez le constructeur.»

Le maire de Québec, Régis Labeaume, semblait satisfait de la présentation et des explications des responsables du RTC. « C’est important d’avoir des vrais connaisseurs qui viennent parler avec expertise du sujet. C’est différent des apprentis sorciers et les incompétents qui parlent de choses qu’ils ne connaissent pas», mentionne le maire sans spécifier qui étaient les apprentis sorciers en question.

Persiste et signe

Pour le chef de l’opposition officielle, Jean-François Gosselin, la présentation du RTC ne vient aucunement changer son avis sur la fiabilité du véhicule. «Les midibus ne sont pas fiables, la situation est anormale et je sais ce qui se passe sur le terrain. Les autobus tombent en panne constamment. Je ne comprends pas pourquoi le RTC a abaissé la garantie des autobus dans le cahier de charges. Quand la garantie va expirer, ce sont les citoyens de Québec qui devront payer la note. Le RTC n’est pas en mesure d’expliquer combien ils ont été en mesure d’économiser en abaissant les garanties»

Le conseiller municipal avait également un autre questionnement. «Je ne comprends pas pourquoi Van Hool est le seul soumissionnaire pour un contrat de 51M$ et pourquoi le RTC a aussi rapidement appliqué son option pour acheter une deuxième commande de la flotte de véhicules?»

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *