Communauté
15:08 28 septembre 2019

Salon FADOQ des aînés – Une 8e édition énergisante et stimulante

(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
Lisa Tremblay et Valérie Beaulieu également gérante de personnel pour McDonald’s à Québec. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
Rosaire Roy et Michel Beaumont. (Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)
(Photo Métro Média – Alain Couillard)

ÉVÉNEMENT. Le 8e Salon FADOQ, lancé vendredi au Centre de foires de Québec, se déroule jusqu’à demain. Quelque 20 000 personnes sont attendues à cet événement gratuit qui regroupe 320 exposants et propose, au total, une quarantaine de conférences sur des sujets variés.

Michel Beaumont, directeur général de la FADOQ Chaudière-Appalaches Québec et initiateur de cet événement annuel, parle d’une croissance exceptionnelle. «Lors du lancement en 2012, nous avions 75 kiosques et nous en proposons maintenant 320. Hier, nous avons fracassé notre précédent record en recevant 6123 visiteurs. Nous sommes considérés par Expo Cité comme le salon étant le plus achalandé par le nombre de visiteurs au pied carré sur une superficie totale de 60 000 pieds carrés.»

Cette année, l’Espace proches aidants d’aînés a été ajouté afin de donner toute l’information nécessaire concernant les ressources disponibles pour les aidants. Le salon regroupe également un bon nombre de services que les aînés peuvent obtenir tels des voyages, les services gouvernementaux, des résidences pour aînés, des organismes communautaires et des entreprises de loisirs.

Rosaire Roy, président du conseil régional de la FADOQ pour les régions de Québec et Chaudière-Appalaches, parle également d’une progression constante de cet événement annuel. L’organisme régional profite de la campagne fédérale pour énoncer quelques revendications au niveau de la santé des aînés. «Il faut que le gouvernement fédéral, quel qu’il soit ajuste les transferts fiscaux aux provinces avec la réalité des aînés d’aujourd’hui et pas seulement en termes de nombres. Il doit tenir compte de la lourdeur en soins de santé.»

Soins aux aînés

Rosaire Roy souligne que l’implication des proches aidants est majeure pour la société, car certaines personnes y laissent parfois une partie ou la totalité de leur salaire. «Au bout d’un an, il se peut que le poste qu’elle a laissé temporairement ait été attribué à une autre personne.»

Il rappelle que la difficulté à recruter du personnel dans les CHSLD est inquiétante. «Ils utilisent un modèle hospitalier, car on traite les gens comme des malades. Elles ont des capacités réduites, mais elles ont leur appartement avec des soins particuliers. Ce ne sont pas des bénéficiaires, mais bien des clients et ça qu’on l’oublie trop souvent malheureusement.»

Pour Michel Beaumont, l’intervention des proches aidants n’est pas reconnue à sa juste valeur. «Il y a beaucoup de gens qui sont proches aidants et qui ne le savent pas. Ce salon est l’occasion pour les organismes présents de faire réaliser à certaines personnes qu’elles en sont. C’est connu qu’un proche aidant qui va aider un membre de sa famille va peut-être avoir une baisse de revenu de 20% parce qu’elles vont diminuer leurs heures de travail pour aider.»

Emplois offerts

Lisa Tremblay, gérante de personnel chez McDonald’s, rappelle que l’entreprise est présente au salon chaque année. Malgré plusieurs postes disponibles dans l’ensemble des restaurants de la région de Québec, elle avoue que le nombre de travailleurs aînés est peu élevé.

«Certains viennent pour sortir de leur appartement ou pour rencontrer des gens et briser la routine. Nous avons aussi des postes pour l’expérience client. Elles s’occupent de la salle à manger, car elles sont plus à l’aise avec la clientèle puisqu’elles ont de l’expérience et du vécu. Selon Mme Tremblay, plusieurs aînés, voulant travailler, ne viennent pas pour des raisons fiscales.

La FADOQ, qui est un organisme sans but lucratif, veut rendre accessible l’événement en proposant la gratuité à ce salon annuel. De plus, un système de navettes gratuit est offert entre Place Fleur de Lys et le Centre de foire. «On sait qu’au niveau économique actuel, il y a beaucoup d’aînés qui sont à faible revenu et nous voulons que ces personnes puissent venir quand même au salon», souligne Michel Beaumont.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *