Actualites
13:00 21 juin 2019

Matières résiduelles: hausse des plaintes de 65%

Matières résiduelles: hausse des plaintes de 65%
Photo: (Photo Métro Média - Archives)

AUDIT. À la suite du dépôt du rapport annuel 2018 du vérificateur général de la Ville de Québec Michel Samson, on apprend que les plaintes qui concernent la collecte des ordures ont connu un bond de 65% par rapport à 2017 et que les mesures mises en place par la Ville pour les traiter sont insuffisantes.

En effet, il y a eu 17 321 plaintes en 2018, comparativement à 10 492 en 2017. En moyenne, 1443 plaintes ont été logées par mois en 2018 contre 874 en 2017.

Pour le vérificateur général (VG), le modèle de la collecte des déchets domestiques est à revoir. En effet, le fait que la Ville confie cette tâche à un nombre restreint de fournisseurs la place en position de dépendance et de vulnérabilité. «De plus, elle doit intensifier ses efforts pour connaître la cause des plaintes et agir particulièrement sur les plus fréquentes», note le VG, en plus de conseiller de faire en sorte de réduire le nombre de plaintes et d’assurer un service de qualité aux citoyens.

Le vérificateur général reconnaît cependant que la hausse des plaintes est en partie attribuable aux problèmes rencontrés avec le fournisseur Sani-Terre, qui ne remplissait pas pleinement les exigences liées à son contrat. La Ville avait alors changé de fournisseur au courant de l’année 2018 mais pas dans tous les arrondissements.

Situation d’exception

Pour Rémy Normand, vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec, cette situation est une exception et non la norme. Le conseiller évalue cependant la possibilité de reprendre la gestion des ordures en régie interne et exigera de nouvelles normes de qualité pour les fournisseurs privés.

Pour l’opposition, les éléments mis en évidence par le vérificateur général sont un constat d’échec. Jean Rousseau, de Démocratie Québec, croit que donner cette gestion au privé est en partie responsable de cet échec. Jean-François Gosselin, de Québec 21, se désole que ce soit le vérificateur général qui dise à la Ville quoi faire. Les deux conseillers de l’opposition sont favorables à une gestion en régie interne.

Mentionnons que sur les 60 recommandations formulées par le vérificateur général à la suite des travaux d’audit réalisés en 2015, 36 ont été suivies ou ont fait l’objet de progrès satisfaisants, ce qui représente 60 % des recommandations.

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *