Actualites
16:14 15 avril 2019

Vélo quatre saisons : le rapport enfin rendu public

Vélo quatre saisons : le rapport enfin rendu public
Photo: (Photo - Deposit photos)

Québec Hebdo vous en parlait il y a peu: le rapport sur les pistes cyclables tardait à être disponible alors que celui-ci était initialement prévu pour la fin de l’année 2018. La Ville de Québec a finalement dévoilé aujourd’hui les 37 projets qu’elle réalisera sur le réseau cyclable dans la prochaine année et a également rendu public le rapport commandé à l’organisme Vélo Québec sur le vélo hivernal.

Dans sa Vision des déplacements à vélo, la Ville s’était engagée à amorcer sa réflexion en ce qui concerne la pratique hivernale du vélo. Voilà pourquoi elle a mandaté, en 2018, l’organisme Vélo Québec pour l’accompagner dans le développement d’une politique d’entretien hivernal du réseau cyclable. Dans un rapport rendu public aujourd’hui, Vélo Québec formule des recommandations en ce qui concerne l’entretien du réseau cyclable de la ville en hiver et la conception d’aménagements prévus à cet effet.

L’organisme Vélo Québec recommande un projet-pilote

«À défaut de pouvoir offrir des conditions idéales pour le vélo partout et en tout temps, il est préférable que la Ville informe les citoyens de ce qu’elle peut et ne peut pas faire en matière d’entretien hivernal. Minimalement, la Ville devrait :

  • Identifier les axes entretenus et leur niveau de priorité
  • Caractériser les conditions de roulement visées selon leur niveau de priorité
  • Préciser les facteurs déclenchant les opérations d’entretien et les délais visés pour les compléter Avec ces informations, les cyclistes pourront savoir où circuler et à quoi s’attendre lorsqu’ils se déplacent en hiver.»

Vélo Québec recommande donc que la Ville mette en place un projet-pilote d’entretien des pistes cyclables quatre saisons avant de mettre en place un réseau cyclable quatre saisons à plus grande échelle.

Un réseau cyclable bonifié

Les 37 projets représentent 25 nouveaux kilomètres, portant le réseau cyclable à 367 kilomètres. En tout, 4,5 millions $ seront investis pour ces aménagements.

Parmi les projets qui sont prévus cette année, notons des projets phares, comme :

  • Construction de la passerelle du parc des Saules, entre les boulevards Neuvialle et Wilfrid-Hamel Ouest, sur environ 900 mètres. La passerelle offrira un lien sécuritaire vers le boulevard du Parc-Technologique. La Ville réalisera de plus des aménagements paysagers et mobiliers urbains, bonifiera les aménagements de la Maison O’Neill et ajoutera un belvédère avec vue sur la rivière Saint-Charles.
  • Implantation d’un lien de près de deux kilomètres dans le boulevard Loiret et l’avenue Monseigneur-Gosselin. Cet aménagement permettra un franchissement d’autoroute sécuritaire et viendra compléter l’axe nord-sud depuis le nord de Charlesbourg jusqu’au corridor du Littoral, le portant ainsi à 10 kilomètres.
  • Aménagement d’un lien de deux kilomètres dans l’avenue Chapdelaine, l’avenue Branly et la rue Frank-Carrel. Un nouveau sas vélo sera de plus aménagé à l’angle des avenues Chapdelaine et Myrand.

Une liste de tous les projets est disponible en annexe. En réalisant 25 kilomètres en 2019, la Ville pose les actions nécessaires afin d’atteindre l’objectif de 90 kilomètres fixé dans sa Vision des déplacements à vélo.

Passerelle cyclable à la Pointe-à-Carcy : report du projet

En janvier et février, l’Administration portuaire de Québec, qui agit à titre de maître d’œuvre du projet, a lancé un appel d’offres pour la construction de la passerelle. Les soumissions reçues se sont avérées nettement plus élevées que l’estimation, et ce, en raison des coûts associés à la fourniture et à la fabrication des pièces d’acier, conséquence des tarifs douaniers des États-Unis sur l’acier.

Ainsi, la Ville a décidé de reporter ce projet de passerelle cyclable et d’aménager, de mai à octobre, une voie cyclable dans la rue Dalhousie. Afin d’atténuer les impacts sur la circulation dans le secteur, la Ville utilisera son gestionnaire artériel et mobilisera, au besoin, des ressources additionnelles dans son centre de la gestion de la mobilité intelligente.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *