Économie
10:04 6 avril 2019

L’immobilier se maintient malgré un hiver difficile à Québec

L’immobilier se maintient malgré un hiver difficile à Québec
L'hiver neigeux a passablement ralenti l'ardeur des acheteurs potentiels, qui ont reporté leurs visites au printemps. (Photo Métro Média – Archives)

STATISTIQUES. Dans un contexte national qui voit certains marchés connaître un repli et au sortir d’un hiver éprouvant, le marché immobilier de Québec s’est maintenu dans le top 10 des marchés les plus abordables au pays.

C’est ce que démontre l’Étude sur les prix des maisons de Royal LePage, qui compare les transactions enregistrées au premier trimestre 2019. Durant cette période, le marché de la revente dans la capitale de la province est resté stable, avec des prix en hausse modeste de 1,1%.

Alors qu’à la fin 2018 on enregistrait une plus forte hausse de prix du côté des maisons à deux étages, le début de 2019 marque un léger regain, des maisons de plain-pied cette fois. Ces dernières affichent en effet un taux d’appréciation du prix de 2,3%, hissant leur prix médian à 273 931$. Le prix des maisons à deux étages reste quant à lui stable, avec une variation à la hausse de 0,7%, pour un prix médian de 363 964$.

De son côté, le prix des copropriétés a enregistré une très légère baisse de 0,3% lors du 1er trimestre 2019. Le prix médian s’est établi à 242 872$.

«Le prix des condos est demeuré au beau fixe depuis trois ans, et le premier trimestre 2019 ne fait pas exception avec une très légère baisse. Signe que les vendeurs tendent à abaisser leur prix, réflexe qui permet de finaliser une transaction, les reventes se sont accrues ce trimestre», explique Michèle Fournier, vice-présidente, Royal LePage Inter-Québec.

Pour leur part, les maisons de plain-pied ont connu une légère baisse, de 1,8% au 1er trimestre, alors que les reventes de maisons à deux étages ont crû de 12,5% pendant la même période. Du côté des condos, les reventes se sont accrues de 10,7%.

«L’hiver a été particulièrement enneigé à Québec, rappelle Mme Fournier. Ce qui a eu pour incidence de freiner les visites et qui devrait repousser certaines transactions au printemps.»

Compilations de données pour la revente immobilière au 1er trimestre de 2019 dans la région de Québec. (Tableau gracieuseté – Royal LePage)

Marché stable et économie saine

L’analyse de Royal LePage note qu’avec un taux de chômage de 4% cent en février, la capitale profite d’une des économies les plus stables du Québec. Cela contribue à en faire l’un des marchés de la province où le taux de propriété est le plus important à 60,2%.

Pour le second trimestre de 2019, la firme de courtage anticipe davantage d’activité sur le marché immobilier de la région de Québec. Cela devrait entraîner une reprise des visites à la faveur des beaux jours, mais aussi un regain de reventes suivant la stabilisation du taux directeur de la Banque du Canada.

«Autres données économiques à surveiller, souligne Michèle Fournier, la restructuration du Réseau structurant de transport en commun (RSTC), dont la part de fonds fédéraux devrait être confirmée prochainement, aura certainement un impact sur les reventes une fois le projet lancé. Il en est de même, pour la construction attendue du troisième lien, ou encore du complexe Le Phare qui devrait démarrer cet été et créer de nouveaux emplois durant les travaux.»

Métro Média

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *