Actualites
18:00 4 février 2019

La sécurité des écoliers toujours une priorité

La sécurité des écoliers toujours une priorité
Photo: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)

TRANSPORT SCOLAIRE. La 31e campagne de sécurité en transport scolaire a été lancée lundi à Québec. Elle vise à rappeler l’importance des règles établies. Dans cette optique, notre journaliste a pu tester la conduite d’autobus scolaire lors du lancement, une expérience qui aide à la prise de conscience.

Cette 31e campagne, intitulée M’as-tu vu? durera jusqu’au 15 février. Initiée en 1988 par le Fédérations des transporteurs par autobus, la campagne est l’occasion de sensibiliser les automobilistes ainsi que les enfants transportés aux différentes règles à suivre pour assurer un transport scolaire sécuritaire.

Bilan routier

Selon les données les plus récentes de la Société de l’assurance automobile du Québec, 349 personnes ont été victimes d’un accident lié au transport scolaire en 2017 soit 57 de plus que l’année précédente. Parmi celles-ci, 336 ont été blessées légèrement et huit l’ont été gravement. Cinq personnes, qui n’étaient pas à bord de l’autobus scolaire, sont décédées. Précisons que ces données couvrent les accidents liés au transport scolaire au sens large n’impliquant pas nécessairement un autobus scolaire dans l’accident.

Conduire un autobus scolaire: une lourde responsabilité

L’autobus scolaire essayé roule au propane, il vient d’arriver sur le marché. L’engin est plutôt facile à conduire, comme l’a répété Éric Bussières, enseignant en conduite d’autobus scolaires au Centre de formation en transport de Charlesbourg. «Cependant, on doit attendre avant de tourner le volant, ne pas le virer trop vite [contrairement à une auto]», a expliqué l’enseignant. En effet, pour que le virage s’effectue adéquatement, l’arrière de l’autobus doit avoir le temps de suivre la courbe, puisqu’il est beaucoup plus long qu’une voiture.

Notre journaliste a pu essayer la conduite d’un autobus au propane.

Le mode est automatique et les divers boutons, plutôt nombreux. Ils servent à ouvrir les portes, à mettre les lumières mais rien à l’épreuve de quelqu’un qui a conduit plusieurs voitures de marques différentes dans sa vie. «Impressionnant, mais facile», sont les mots venus à l’esprit de l’apprentie chauffeure.

En revanche, la responsabilité de transporter des enfants est grande. Il est du devoir du chauffeur, par exemple, de rappeler aux élèves qu’ils doivent enlever leurs écouteurs avant de sortir de l’autobus, pour entendre les bruits environnants, tout comme traverser devant l’autobus en sortant, entre autres.

Les règles

«

En raison des dimensions imposantes des véhicules lourds, les angles morts représentent des zones où les risques de collision sont plus élevés. Aussi les automobilistes et les cyclistes doivent-ils éviter les manœuvres hasardeuses lorsqu’ils s’y trouvent», rappelle Transports Québec.

Ne pas s’arrêter devant un autobus scolaire dont les feux sont en marche, le croiser ou le dépasser coûte neuf points d’inaptitude, une amende entre 200$ et 300$ et un permis plus cher.

 

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *