Communauté
12:07 16 janvier 2019

L’aide alimentaire a eu chaud

L’aide alimentaire a eu chaud
Photo: (Photo Deposit photos)Les besoins sont criants et la quantité de dons toujours incertaine.

PAUVRETÉ. Toujours inquiets lorsque les Fêtes approchent car l’objectif de quantité de denrées recueillies est doublé voire triplé pour la période, la banque alimentaire régionale Moisson Québec a finalement atteint son but de justesse.

Moisson Québec fournit 123 organismes de la grande région de Québec et comme chaque année, la situation restait incertaine à l’approche de Noël. «Cette année, on a eu peur de ne pas y arriver, mais finalement, à la dernière minute, on a réussi à se maintenir. On observe même une légère hausse par rapport à l’année passée», fait valoir la coordonnatrice à l’approvisionnement chez Moisson Québec, Hélène Vezina. La période des Fêtes est aussi synonyme de dons de particuliers, des petits plus qui font la différence.

La Guignolée des médias faisait cependant état d’un bilan préliminaire à la baisse en décembre. Le bilan total sera dévoilé en mars prochain.

Moins de surplus, moins pour la banque alimentaire

Selon Hélène Vezina, les grossistes, distributeurs, transformateurs, producteurs agricoles et petites ou grandes entreprises qui fournissent Moisson Québec gèrent de mieux en mieux leurs surplus, ce qui a pour conséquence d’en recevoir moins pour la banque alimentaire. De plus, certains donateurs offrent des denrées régulièrement, tandis que d’autres fournissent ponctuellement. «Il n’est pas facile de prévoir ce qui nous attend», indique-t-elle. La coordonnatrice croit que le bilan de l’organisme devrait ressembler à celui de l’année passée, le 31 mars prochain, lorsque l’année financière se terminera.

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Claire Turgeon

    J’entends tellement de gens qui reçoivent des denrées qui se plaignent de ce qu’ils reçoivent « les maudites boîtes de conserve »… j’ai une amie qui demeure dans un HLM et ses armoires sont pleines car ses voisins-voisines jettent beaucoup de choses qu’ils reçoivent, elles les ramassent. Ça donne beaucoup moins le goût de donner.
    Il faudrait que les gens aillent choisir ce qu’ils veulent, il y aurait moins de pertes… pas de panier-cadeau.