Politique
18:30 10 janvier 2019

Jean-Yves Duclos consacre ses énergies à la classe moyenne

Le ministre fédéral Jean-Yves Duclos priorise les actions en faveur d'une meilleure équité pour les familles et la classe moyenne. (Photo Métro Média – Archives)

POLITIQUE. À la troisième année de son mandat de ministre fédéral de la Famille, des Enfants et du Développement social, Jean-Yves Duclos reste branché sur le cœur de sa lettre d’engagement. L’objectif principal qui a guidé son action dans le gouvernement Trudeau a été «d’accroître la sécurité économique des Canadiens et de procurer aux enfants une chance de réussir et de vivre dans la dignité».

Bien que ses décisions touchent l’ensemble du pays, le député de Québec estime que les impacts sont particulièrement bénéfiques dans sa circonscription couvrant les quartiers centraux. «Autant lorsque j’étais enseignant qu’aujourd’hui comme ministre, j’ai toujours été motivé par les politiques publiques qui améliorent la qualité de vie des gens et profitent à la classe moyenne. Parce qu’au XXIe siècle, c’est par elle que passent le progrès et le développement économique», indique M. Duclos.

C’est ce qu’il croit avoir réalisé à l’avantage des ménages moins aisés, notamment de Saint-Roch, Saint-Sauveur et Vanier, en modifiant les politiques complexes d’aide fédérales. «La création de l’Allocation canadienne pour enfants a grandement simplifié l’aide aux parents. Le système plus équitable permet d’en donner davantage à ceux qui en ont le plus besoin. Désormais, dit-il, c’est un chèque pouvant atteindre 550$ qui est remis chaque mois pour soutenir environ 200 000 familles dans la région.»

Une seconde mesure a été d’améliorer l’aide destinée aux aînés. Celle-ci vient alléger le quotidien des retraités qui ne disposent pas d’une importante source de revenus. La majorité des bénéficiaires sont des femmes vivant seules et n’ayant pas un généreux régime de pension. Le fédéral a amélioré les transferts en ramenant le versement d’une aide dès l’âge de 65 ans et non pas à 67 ans. «Dans les deux cas, note le ministre Duclos, il est démontré que les sommes allouées sont directement utilisées pour les besoins de base et servent donc à faire rouler l’économie locale.»

Le dynamisme des milieux d’affaires et communautaires est un atout pour le développement de la région de Québec affirme Jean-Yves Duclos. (Photo Métro Média – Archives)

Un troisième aspect qui est cher aux yeux du député fédéral de Québec et ministre responsable de la région, ce sont les investissements consacrés au milieu communautaire et culturel pour en assurer le dynamisme. Il énumère les principaux et plus récents, soit les centres communautaires des Chutes, Monseigneur-Marcoux et le YMCA, le futur Anneau de glace de Sainte-Foy, le Théâtre Le Diamant, la Place des Canotiers et le Centre aquatique de Lévis.

Transport collectif et innovation

Pour l’avenir immédiat, M. Duclos s’intéresse au projet structurant de transport en commun pour désengorger la circulation routière dans la région. Il trouve inconcevable que Québec soit la seule ville parmi les grands centres urbains au pays à ne pas être dotée efficacement en la matière. «Les choses avancent bien, assure-t-il, les plans se précisent et le gouvernement canadien est engagé à verser 40% des fonds nécessaires. On a bien hâte de passer de l’intention à l’action et de déployer le réseau de tramway et de SRB, avec une interconnexion vers la Rive-Sud pour desservir un maximum d’usagers.»

Enfin, le ministre se réjouit que la région de Québec se hisse parmi les chefs de file dans des domaines de l’économie de demain axée sur le développement durable et l’innovation. Il cite en exemple l’Institut national d’optique (INO) qui est un démarreur et un incubateur qui a permis la naissance de plus de 270 entreprises. Il en va de même pour Optel Vision, qui est à la tête d’une super grappe technologique dotée d’un budget de 230M$ pour favoriser des chaînes entrepreneuriales spécialisées en approvisionnement avancé. Cela devrait générer des retombées de l’ordre de 15G$ et 15 000 emplois.

Questions en rafale

Pont de Québec – «J’ai rencontré récemment la nouvelle ministre provinciale Geneviève Guilbault, responsable de la région de Québec, et le maire Régis Labeaume. Le dossier continue d’avancer et il le faut, car ce dossier-là traîne depuis 15 ans. Notre engagement électoral est inscrit comme une priorité dans le mandat du ministre fédéral de l’Infrastructure. Plusieurs options sont envisagées et elles impliquent toutes le CN et le gouvernement du Québec. Les ingénieurs confirment que le pont est sécuritaire, mais ça ne règle pas l’irritant principal de la restauration et de la peinture.»

Cannabis – «Voilà un sujet d’intérêt pour le ministre de la Famille, mais aussi pour le père de trois enfants. Je pense que ça a l’avantage d’avoir suscité les échanges et les discussions entre les enfants et les parents. Il faut savoir que ça circule déjà dans les cours d’école et dans les parcs. D’ailleurs, des sondages démontrent que 42% des jeunes de 18 à 25 ans en ont consommé. L’avantage, c’est que le nouveau régime a le mérite d’offrir un produit dont la qualité est contrôlée et dont les profits sont détournés du marché noir. Une réalité qui ne peut être atteinte avec la prohibition.»

Ancien quartier militaire Sainte-Foy – «C’est effectivement compliqué, parce qu’il y a quatre acteurs dans le dossier, soit le fédéral, le provincial, le municipal et la nation huronne. La démolition amorcée des anciennes maisons devait se faire pour des questions de sécurité et de salubrité. C’est en préparation de projets mixtes majeurs. Les interventions sont en lien avec notre politique ambitieuse (40G$) pour le logement. Une vision moderne de l’habitation axée sur la mixité des services, des personnes et des partenaires, pour ce site central.»

Métro Média

François Cattapan


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette