Société
12:00 28 janvier 2019

Déneigement à Val-Bélair – Le conseil de quartier veut des réponses

Déneigement à Val-Bélair – Le conseil de quartier veut des réponses
(Photo gracieuseté)

SÉCURITÉ. Francine Dion, présidente du conseil de quartier de Val-Bélair, demande une rencontre publique avec un représentant local pour discuter du processus de déneigement qu’elle juge déficient.

Lors du conseil d’arrondissement de La Haute-Saint-Charles, le 23 janvier, elle a déploré l’effet grandiose d’une séance d’information sur le déneigement, tenue récemment à Sainte-Foy, qui regroupait un ingénieur et un technicien. «Ça fait quelques années que nous souhaitons une telle rencontre, mais on avait aussi demandé d’avoir quelqu’un de Val-Bélair. Ça l’air que c’est bien compliqué.»

«Ça fait assez longtemps que les conseils de quartiers le demandent, je pense qu’on devrait avoir la décence d’expliquer comment le déneigement fonctionne.»
-Raymond Dion

S’adressant au président de l’Arrondissement. Mme Dion souligne qu’un plan a été remis aux personnes présentes à la fin de cette assemblée d’information. «Moi, j’ai plein de petites questions à poser sur ce plan. On en a discuté au conseil de quartier. Y a-t-il moyen qu’à la prochaine réunion [de quartier] que l’on puisse rencontrer le technicien qui est responsable du déneigement à Val-Bélair? Il y a une question pour laquelle je n’ai jamais eu de réponse satisfaisante: pourquoi les rues déneigées par l’entrepreneur privé sont A1 alors que celles relevant du déneigeur de la Ville ne le sont pas?»

Raymond Dion, président de l’Arrondissement, a déclaré être favorable à ce que le directeur, Patrick Bastien, fasse à nouveau une demande en ce sens. «J’aimerais qu’on fasse la même chose pour les secteurs de Loretteville et Neufchâtel avec un technicien responsable du déneigement. Les gens ne savent pas comment est déterminé le code de priorité de déneigement de leur rue lorsqu’il y a une tempête.»

De plus, il a précisé qu’il n’y avait pas de cachette dans le processus de déneigement des rues. «On ne passe pas sur des rues parce que l’on connaît quelqu’un. Il y a des critères et ce n’est pas nous qui décidons. Je souhaite qu’il y ait une présentation de faite au conseil de quartier de Val-Bélair et à Loretteville, Des Châtels, Lac-Saint-Charles et Saint-Émile s’ils le veulent. Je pense que les citoyens ont droit à cela.»

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • manon

    pas dur la reponse l entrepreneur prive veux pas perdre le contrat et la ville il s en fou ils ont une job bien paye a l annee lol que sa beau ou pas