Société
20:39 16 octobre 2017

Des jeunes de Vanier partagent leurs récoltes

ÉDUCATION. Des jeunes du service de garde de l’école primaire Notre-Dame-du-Canada, dans le secteur Vanier, ont fait un jardin afin de partager leur récolte avec la population. L’éducatrice Nadia Paquette est l’instigatrice de cette première semence parmi toutes les écoles de la Commission scolaire de la Capitale.

Les jeunes de l’école primaire Notre-Dame-du-Canada ont le pouce vert.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

Nadia Paquette en compagnie de la directrice Carole Lefebvre et de Nathalie Rathé.

(Photo TC Media – Geoffré Samson)

C’est en voyant des jardins privés à Charlesbourg que Mme Paquette a eu l’idée d’en faire un projet éducatif auprès des enfants du service de garde de l’école primaire, où elle travaille. « Le fait de cultiver pour donner aux autres donnait un sens au projet », a-t-elle exprimé. En effet, une fois que les légumes auront atteint leur maturité, la population est invitée à les cueillir à volonté, sans restriction et sans demander la permission.

La collaboration de La Tomate Joyeuse à Charlesbourg, des Incroyables Comestibles à Sainte-Foy et de La Butineuse de Vanier a permis d’obtenir tout le nécessaire afin d’avoir un jardin varié.

L’idée a été présentée à la direction de l’établissement scolaire quelques jours avant le début des classes, soit le 23 août. Malgré la faible structure du projet, la directrice Carole Lefebvre, ainsi que la technicienne responsable du service de garde, Nathalie Rathé, n’ont eu aucune réserve à accepter. « Je pensais que c’était un jardin qui servirait aux parents et aux élèves de notre école », a partagé Mme Lefebvre. Elle ajoute avoir trouvé géniale l’idée de partager auprès de la communauté. C’est d’ailleurs la motivation de l’éducatrice qui aurait incité la directrice à aller de l’avant.

Le Jardin Sol-So a été nommé en l’honneur de Sonia Pelletier.

(Photo gracieuseté)

En mémoire d’une ancienne collègue

Selon Mme Paquette, les enfants du service de garde prennent goût au jardinage, c’est même eux qui ont proposé de nommer le potager: Sol-So. Ce nom a été donné en l’honneur d’une collègue de l’école qui a récemment perdu son combat contre le cancer, le 19 septembre dernier. Sonia Pelletier a été orthopédagogue de l’école pendant 16 ans, et elle affectionnait particulièrement les tournesols.

Des légumes jusqu’en 2018

La collaboration actuelle de certaines entreprises permettra aux enfants de semer à nouveau au printemps prochain. Pour assurer une continuité, l’éducatrice mentionne que certaines entreprises locales seront sollicitées prochainement. « Les jeunes du service de garde seront impliqués dans ce processus », explique-t-elle.

« Je veux montrer ce que l’on peut faire de bien dans un service de garde, car le travail des éducatrices n’est pas seulement que de garder les enfants. J’aimerais qu’il y ait une contagion auprès des autres éducateurs », conclut la directrice.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *