Société
19:43 15 mai 2015

Parkinson : développement d’un appareil réduisant considérablement les tremblements

SANTE. Un patient atteint de la maladie de Parkinson qui voit ses symptômes de raideur musculaire et de tremblements grandement diminués grâce à la pose d’électrodes qui émettent de faibles courants électriques, c’est ce que développe le CHU de Québec.

Le docteur Michel Prud’Homme, neurochirurgien à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, pratique des chirurgies au niveau du cerveau permettant la pose d’un appareil particulier : celui-ci permet à des patients atteints de Parkinson de réduire considérablement leurs tremblements. «La précision est rendue possible grâce à la technologie utilisée, soit la pose d’électrodes ayant huit contacts de stimulation qui se contrôlent de façon indépendante et dont le dispositif s’adapte pour les différentes résistances autour des tissus. La différence pour les patients que l’on traite est grande en terme d’améliorations de leur qualité de vie», explique le docteur Michel Prud’Homme.

C’est une stimulation cérébrale profonde d’une efficacité jamais égalée en Amérique du Nord. Elle s’inscrit dans ce que l’on appelle la neuromodulation, un domaine qui regroupe tous les types d’interventions qui modifient le système nerveux soit chimiquement, psychiquement ou avec l’utilisation d’influx électriques.

Faire la différence

Bien que la stimulation cérébrale profonde ne permette pas la guérison de la maladie, elle peut permettre de faire la différence dans la vie des patients. Par exemple, sans stimulation cérébrale, il est impossible pour une personne atteinte de tremblement essentiel de boire un café ou un verre de vin sans en renverser une goutte.

Parmi les autres avantages de ce dispositif, on retrouve aussi la diminution de la prise de médicaments et de leurs effets secondaires. Rendre les patients plus fonctionnels et maintenir leurs capacités et leurs activités a aussi un impact important sur le plan des coûts de santé. Une diminution du fardeau économique est anticipée par cette nouvelle thérapie.

(Source : CHU de Québec)

Selena Jeusset


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette