Société
20:33 21 mai 2015

Parce que le jeu c’est sérieux

PASSIONS. Passions bizarres, hobbies surprenants, collections qui sortent de l’ordinaire; tous les goûts sont dans la nature, même quand il s’agit d’occuper ses temps libres. Québec Hebdo vous propose une série d’articles pour vous faire découvrir ces gens aux passe-temps insolites. Vous avez-vous aussi un dada singulier? Contactez-nous à l’adresse redaction_quebec@tc.tc.

Tous les vendredis soir, Jean-Philippe Lehuu reçoit quelques amis, des «copains initiés». Ensemble, ils perpétuent une tradition bien spéciale: choisir parmi les quelque 350 jeux que possède le résident de l’arrondissement des Rivières avant de passer à l’action. Parce que pour Jean-Philippe Lehuu, le jeu, c’est du sérieux.

C’est en 2010 que le Neufchâtelois s’est découvert un véritable intérêt pour les jeux de société. Bien sûr, comme tout le monde, il avait déjà joué à Monopoly, Clue ou Risk. Sauf que La Vallée des mammouths, le jeu qui allumé le feu de la passion, c’était autre chose.

«Après la soirée, j’ai fait des recherches sur Internet et j’ai tout de suite commandé le jeu. Au début, j’en achetais des jeux et j’en achetais encore. Quand on se découvre une nouvelle passion, on en veut toujours plus», se souvient le joueur. Depuis, il a calmé ses ardeurs. «J’investis environ 1400$ par année en jeu», dit-il, assurant que le montant est tout à fait raisonnable.

La famille et les amis

Pour Jean-Philippe Lehuu, les jeux de société ont bien des qualités. Au-delà du plaisir qu’ils procurent, ils permettent de se retrouver. En famille d’abord. «Les enfants aussi ont eu la piqûre. Ça permet de prendre du temps avec eu au lieu de le passer devant un écran et en prime, ça les fait réfléchir», indique le papa. C’est aussi un must auprès des copains. «J’aime beaucoup inviter, festoyer. Les jeux nous donnent la possibilité de voir des amis plus souvent.»

Et il a beau aimer jouer, Jean-Philippe Lehuu ne se dit pas compétitif pour autant. Ce qu’il apprécie le plus, c’est la stratégie. «Je préfère les gestions plus poussées, où il faut calculer ses coups à l’avance», dit-il. Quant aux incontournables règles, elles ne le rebutent pas, au contraire. «C’est ma lecture de chevet. J’ai une bonne mémoire alors quand on sort un jeu, généralement je n’ai qu’à survoler les règles pour m’en souvenir», explique-t-il.

Avec 350 jeux en sa possession, on pourrait croire que Jean-Philippe Lehuu a fait le tour de ce que l’univers de ce genre de divertissement a à offrir. Or il n’en est rien, même si le principal intéressé avoue avoir parfois besoin de conseils. «Ce n’est pas évident. Un jeu peut être cher, en français encore plus. Heureusement il existe une communauté, les Dragons nocturnes, qui permet de partager. J’achète aussi parfois sur un coup de tête et je donne toujours une deuxième chance à un jeu. Si ça ne fait pas, je le revends», lance-t-il.

Quant au rangement – avec 350 boitiers plus ou moins gros, la question se pose – le Neufchâtelois a dédié une pièce de sa maison à ses jeux. S’il déménage un jour, il aimerait faire de sa passion un lieu central de sa résidence. «Une vraie salle de jeux, avec un petit bar. Un lieu rassembleur et festif», termine le passionné.

Les conseils du pro

Pour les enfants

-Pic plume, un jeu de mémoire très coloré

-La chasse aux monstres, un jeu québécois

Pour les débutants

-Les aventuriers du rail

-Camel Up, une course de chameaux

Pour les plus expérimentés

-Terra Mystica

-Tzolk’in, basé sur l’agenda maya, alliant engrenages et cube en bois

Coopératif

-Hanabi, un feu d’artifice à fabriquer à partir de cartes

-Pandémie

De party

-Dixit, des images à deviner

-Quitte ou double

Envie d’en savoir plus? La 10e édition des Journées ludiques de Québec, qui réunit notamment de nombreux auteurs de jeux de société de partout à travers le monde, aura lieu le 16 et 17 mai au Centre Michel Labadie. http://www.journeesludiques.ca

À lire également dans la même série:

Préférer l’étiquette au vin

Surprenants passe-temps: Jean-François Frenette, vedette d’Instagram

Un petit bout d’Hawaï au cœur de Québec

Une étincelle de curiosité au fond d’une bouteille de whisky

Groupe Québec Hebdo

 

Thaïs Martel


Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles en vedette