Société
13:41 8 avril 2015

20e anniversaire du départ des Nordiques: l’histoire d’une passion pour le hockey

SOUVENIRS. 25 mai 1995. C’est officiel: les Nordiques de Québec n’existent plus. L’équipe qui deviendra l’Avalanche du Colorado a été vendue pour 75 M$ américains au groupe Comsat Communication de Washington. C’était il y a 20 ans. Au cours des prochaines semaines Québec Hebdo vous propose une série d’articles à la mémoire de l’équipe.

Il y a 20 ans, les Nordiques en route vers la gloire quittaient Québec pour Denver au Colorado. Les années ont passé sans émousser le désir des amateurs de hockey de revoir une équipe de la Ligue nationale de hockey évoluer à Québec. Évasion des frères Stastny, bagarre du Vendredi saint, Affaire Lindros, les faits saillants ne manquent pas dans l’histoire de l’équipe. Retour sur les événements qui ont marqué l’histoire des Nordiques.

Le 11 octobre 1972, les Nordiques disputaient leur premier match dans l’Association mondiale de hockey (AMH). Derrière le banc, un nom connu: Maurice Richard. Le Rocket allait toutefois démissionner après trois jours. Sept ans plus tard, en 1979, l’équipe joint les rangs de la Ligue nationale de hockey.

La LNH

Les débuts des Nordiques dans la LNH sont marqués par un coup d’éclat nommé Stastny. «Digne des meilleurs romans policiers, l’évasion des frères Stastny du bloc communiste a donné de la crédibilité et un trio fort talentueux aux Nordiques», écrit Benoît Clairoux dans son livre Les Nordiques de Québec, toute l’histoire de 1972 à 1995. Peter et Anton Stastny ont profité d’un tournoi de hockey à Innsbruck, en Autriche pour s’évader vers le Canada. Ils ne seront rejoints par l’ainé, Marian, qu’un an plus tard.

Les Nordiques, c’est aussi l’histoire d’une grande rivalité Québec-Montréal. À ce chapitre, la fameuse bagarre du Vendredi saint reste dans les annales. L’échange de coups a duré une heure et valu aux deux équipes un total de 198 minutes de punition et l’expulsion de dix joueurs.

L’Affaire Lindros

Autre moment marquant de l’histoire des Nordiques: l’Affaire Lindros. Le jeune Torontois, comparé aux Wayne Gretzky et Mario Lemieux, refuse de se joindre à la formation de Québec qui l’a sélectionné au premier rang du repêchage de 1991. Les Nordiques ont prolongé le suspense pendant un an avant d’échanger Lindros aux Flyers de Philadelphie contre le gardien Ron Hextall, les défenseurs Kerry Huffman et Steve Duchesne, les attaquants Peter Forsberg, Mike Ricci et Chris Simon, les choix de premier tour des Flyers en 1993 et 1994 et une somme de 15 M$ en devises américaines.

Douloureux départ

Avec la vente des Nordiques à des intérêts américains en mai 1995, c’est la fin d’une époque pour Québec. Or malgré les souvenirs tenaces et le désir encore bien présent des gens de Québec d’obtenir à nouveau une équipe professionnelle de hockey, il existe bien peu d’ouvrages qui relatent l’histoire des Nordiques, un état de fait qui a surpris l’historien Benoît Clairoux.

«Personne n’avait écrit l’histoire des Nordiques après leur départ, il existait seulement une série en vidéo. Je me demandais pourquoi les journalistes de Québec n’en écrivaient pas. J’ai compris qu’il y avait un certain désabusement après le départ. Les gens avaient mal, l’histoire n’était pas réglée dans leur cœur, comme une peine d’amour. C’est peut-être pour ça que les journalistes qui les ont couverts n’ont pas voulu brasser de souvenirs», estime l’auteur.

D’autres événements marquants

1987: Le match des étoiles de la LNH a lieu à Québec et donne naissance à la mascotte Badaboum.

Marcel Aubut, président des Nordiques, échange son entraîneur Michel Bergeron dit le Tigre contre un choix de première ronde en 1988 et une somme d’argent aux Rangers de New York.

1989: Le Suédois Matt Sundin, qui deviendra une vedette chez les Nordiques, est le premier Européen repêché au premier choix de l’histoire de la LNH.

1991: Dernier match dans la LNH de Guy Lafleur après deux saisons avec les Nordiques.

1996: L’Avalanche remporte la coupe Stanley à sa première saison au Colorado.

La semaine prochaine: Rencontre avec Maurice Filion

Groupe Québec Hebdo

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *