Société
20:47 12 février 2014 | mise à jour le: 12 février 2014 à 20:47 temps de lecture: 3 minutes

Accès-Loisirs fait des petits à travers la province

Un peu partout en province, des programmes d’accessibilité aux loisirs pour les personnes vivant une situation financière difficile s’implantent. Inspiré par les résultats obtenus par Accès-Loisirs Québec dans la Ville de Québec, les municipalités et villes du Québec contactent l’organisme communautaire d’ici afin d’être guidées.

Ainsi, l’organisme communautaire offre gratuitement des opportunités d’activités aux personnes n’ayant pas nécessairement les fonds pour défrayer les coûts des loisirs. Il peut s’agir de spectacles, de cours artistiques ou encore d’activités sportives. Accès-Loisirs Québec obtient des places par l’entremise de ses partenaires et deux fois par année, les gens se déplacent aux points de service afin de faire leur choix et procéder à l’inscription.

Le projet a été mis sur pied dans les années 2000 à Sainte-Foy. Rapidement, le programme s’est étendu à travers la ville de Québec et à L’Ancienne-Lorette. Au cours des dernières années, l’équipe a pondu un manuel d’implantation et depuis juin, Accès-Loisirs Québec a reçu un financement du Fonds des initiatives sociales afin de pouvoir partager l’expertise développée.

Une soixantaine de municipalités ou villes ont maintenant leur programme. Un nombre semblable de demandes a été enregistré pour la prochaine année. «Ça arrive de partout. On ne vend rien. Tout ce que l’on veut, c’est qu’ils retiennent la philosophie», commente la directrice générale et membre fondatrice d’Accès-Loisirs Québec, Pauline Tanguay. La simplicité et le facteur humain sont deux aspects majeurs du programme.

«Accès-Loisirs n’appartient à personne. C’est un programme de mobilisation», précise-t-elle. Il faut une concertation de l’administration municipale, des organismes de loisirs et des points de services. Avec l’aide d’Accès-Loisirs Québec, les communautés régionales obtiennent des outils comme le nom, le logo, des dépliants et un modèle organisationnel. Les trucs et conseils évitent parfois de tomber dans certains pièges.

Dans la Haute-Saint-Charles et dans l’arrondissement des Rivières, 316 places de loisirs ont été données à la clientèle en 2012-2013 sur un total de 1170 offres des partenaires. «Ce sont des personnes qui ont fait des loisirs et qui n’en faisaient pas avant. Ce que l’on veut, c’est que les gens magasinent leurs loisirs. Plus il y a une diversité, plus les gens seront heureux de choisir leurs activités et y participer», fait remarquer Mme Tanguay.

L’accessibilité à des loisirs constitue un élément important dans la qualité de vie d’une personne. La pratique d’une activité sportive ou culturelle peut amener l’individu à se découvrir des aptitudes, de socialiser et de se développer. Deux périodes d’inscription ont lieu en septembre et en janvier. L’éligibilité est déterminée par les critères financiers du seuil de faible revenu de Statistique Canada. La vérification est faite dans la confidentialité.

Points de service

– Comité Vie de quartier de Loretteville

– Maison des jeunes l’Escapade

– Loisirs des Hauts-Sentiers

– Service d’entraide Amélie et Frédérick

– La Ruche de Vanier

– Centre Ressources Jardin de Familles

Accès-Loisirs Québec en bref

-accessibilité à des loisirs

-des dons de billets de spectacle

-aide à l’équipement de loisirs

-aide au gardiennage et au transport

 

Pour plus d’infos: Accès-Loisirs Québec http://www.accesloisirsquebec.org ou 418 657-4821.

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *