Société
14:13 3 janvier 2015 | mise à jour le: 3 janvier 2015 à 14:13 temps de lecture: 4 minutes

Se donner les moyens de tenir ses résolutions

ALIMENTATION. Quand janvier se pointe le bout du nez, plusieurs Québécois tentent de dresser une liste de résolutions afin d’entamer l’année du bon pied. Bon nombre d’entre elles concernent l’alimentation, la perte de poids et la santé. Les journées, les semaines et les mois passent et les résolutions tombent dans l’oubli volontairement ou non. L’Actuel a fait appel à deux professionnels de l’alimentation, Andréanne Martin et Hubert Cormier, pour cibler les pièges à éviter et connaître des trucs pratiques en vue de déterminer les résolutions qui tiendront la route.

Les trois trucs d’Hubert Cormier

La règle d’or est de cacher sa balance «Il n’est pas nécessaire de se peser tous les jours. En fait, cette action est nocive pour le moral, car la réelle perte de poids peut être dissimulée par les fluctuations quotidiennes du poids. Il vaut mieux se regarder dans le miroir pour constater les changements», explique Hubert Cormier. Par exemple, il suggère de regarder la taille pouvant s’amincir, le ventre s’aplanir ou le tour de taille diminuer. «Cette règle vous permettra de jeter un regard critique sur votre apparence, mais pas en raison du nombre affiché sur la balance», ajoute-t-il.

Compter les calories? Non merci! «Il est très dur de compter les calories et de maintenir cette habitude à long terme. De plus, cette approche développe chez celui ou celle qui la pratique une obsession pour les calories, ce qui n’est pas souhaitable», fait valoir le nutritionniste. Difficile de compter toutes les calories sans rien oublier. «Bref, mieux vaut manger ce qu’on veut et écouter ses signaux de faim et de satiété que de devoir compter les calories», propose le résident de Neufchâtel-Lebourgneuf.

Avez-vous des Amis-Diète? «Il est toujours plus facile de garder la motivation quand quelques-uns de nos proches vivent la même situation que nous, lance Hubert Cormier. Parlez-en à vos amis et si vous n’avez pas réussi à piquer leur intérêt, parcourez les réseaux sociaux à la recherche de gens qui vivent la même situation que vous.» Des communautés virtuelles existent notamment sur Facebook et elles peuvent constituer un bon moyen de demeurer motivé.

Les trois trucs d’Andréanne Martin

Un soutien à long terme «Selon certaines études, une habitude alimentaire prend près de de cinq ans avant qu’elle soit mise de l’avant sans y penser», souligne la résidente de Charlebsourg. Ainsi, la démarche nécessite du temps et du même coup, un soutien à long terme, que ce soit la famille, des amis ou même un professionnel.

Pas de privation «Il y a encore trop la pensée «privation/sacrifice» alors qu’à long terme, c’est la santé qui est visée, fait-elle valoir. Dès que l’on se prive, c’est voué à l’échec. Mon expérience clinique l’a prouvé.» En résumé: ne pas se priver, il s’agit plutôt de miser sur l’atteinte de saines habitudes de vie.

Pensée positive «Se poser la question: qu’est-ce qui est le mieux pour moi en ce moment? De cette façon, on active beaucoup la pensée positive, c’est un plus», mentionne Andréanne Martin. Cette dernière ajoute que les bienfaits de la pensée positive sont démontrés. «C’est prouvé qu’elle stimule notre système immunitaire. Ça aide à ne pas attraper toutes sortes de rhumes», conclut-elle.

Andréanne Martin en bref

La Charlesbourgeoise Andréanne Martin est chef d’équipe chez NutriSimple couvrant les territoires de Sainte-Marie de Beauce, Lévis, Sainte-Foy, Cap-Rouge, Beauport, Lebourgneuf, Limoilou et Sainte-Anne-de-Beaupré. Elle est également directrice aux communications pour le Réseau Force-Santé, co-auteure des livres Desserts santé pour dents sucrées, chroniqueuse à V télé et conférencière avec orateur.ca

Hubert Cormier en bref

Hubert Cormier de Neufchâtel-Lebourgneuf est nutritionniste, consultant pour l’industrie agroalimentaire, conférencier, et il collabore au blogue culinaire Trois fois par jour. Il a publié À bas les kilos en 2014 chez Guy St-Jean éditeur. Il poursuit des études doctorales en nutrition à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF).

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *