Société
11:06 30 décembre 2014 | mise à jour le: 30 décembre 2014 à 11:06 temps de lecture: 3 minutes

À la recherche des oiseaux n’ayant pas peur de l’hiver québécois

ACTIVITÉS HIVERNALES. Gérard Cyr est membre du Club des ornithologues de Québec. Depuis une quarantaine d’années, il consacre tous les jours un moment de sa journée à l’observation d’oiseaux. Peu importe qu’il soit à la maison ou en voyage, il y a toujours une bonne occasion d’admirer ses êtres ailés.

Ainsi concours ou non, le résident de l’arrondissement Des Rivières passe les premières heures du jour avec les oiseaux. «J’ai toujours fait ça depuis que je suis jeune, c’est un mode de vie», raconte le passionné. Ce dernier adore faire le suivi des migrations, regarder les comportements. «C’est un apprentissage continu. Ça fait 45 ans et j’apprends toujours», poursuit-il.

Avicourse

L’observation d’oiseaux n’est pas une activité à faire seulement l’été. Afin d’inciter les amateurs à poursuivre leurs activités pendant la saison hivernale, le Club des ornithologues de Québec propose à ses membres l’Avicourse, une compétition pour répertorier les espèces présentes de décembre à mars à Québec. Gérard Cyr a pris l’habitude de prendre part au concours. «Près de 80% des espèces ont été vues dans les deux premières semaines de décembre, ce sont les meilleures semaines, fait valoir M. Cyr. Pourquoi? Il s’agit habituellement de la période juste avant que les cours d’eau gèlent. Par la suite, les oiseaux aquatiques notamment quittent la région à la recherche de nourriture.

Alors que plusieurs photographient les oiseaux afin d’avoir une preuve visuelle, le concours du club ne nécessite pas d’équipement particulier. Les participants notent les types d’oiseaux observés, le lieu et la date. Par la suite, ils enregistrent leurs résultats sur Internet à l’aide de l’application ebird Québec. Cette activité permet de connaître la distribution des espèces d’oiseaux toutes les saisons.

Dans le cas du Neufchâtelois, il utilise son iPhone pour envoyer sur place ces mentions. L’activité permet entre autres de trouver des retardataires ailés n’ayant pas encore quitté le Québec en vue de leur migration. Parfois, il s’agit aussi de retracer des présences inhabituelles. Parmi ses observations les plus marquantes lors de l’Avicourse 2013, il y a un roitelet à couronne rubis, un oiseau tout petit vu près d’un ruisseau dégelé. Il y a eu aussi la grive solitaire lors d’une journée chanceuse.

La technologie au secours des nouveaux initiés

Plusieurs sites Internet donnent un bon coup de main aux amateurs afin de démystifier les espèces et réussir à les identifier. Gérard Cyr utilise, pour sa part, l’application Sibley birds. Le guide électronique propose même le chant du type d’oiseaux lors de la nidification et le cri de vol.

Club des ornithologues de Québec

Le Club des ornithologues de Québec (COQ) fête ses 60 ans d’existence en 2015. Une programmation spéciale a été planifiée pour souligner cet anniversaire. L’organisation compte plus de 630 membres.

Programmation 2015

Virée ornithologique 22 au 24 mai

David Sibley en conférence 23 mai

Suzanne Brûlotte en conférence 25 septembre

Banquet du 60e anniversaire 17 octobre

Bulletin ornithologique cahier spécial 60e décembre

Pour plus d’infos: http://www.coq.qc.ca

Vous pouvez aussi visiter le site de compilation d’observations: ebird.org/content/qc

L’Actuel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *