Société
00:19 11 septembre 2014 | mise à jour le: 11 septembre 2014 à 00:19 temps de lecture: 3 minutes

Croix-Rouge: du réconfort à des personnes en état de choc

SILLERY. Denis Lessard est chef d’équipe d’intervention en sinistre individuel à la Croix-Rouge. Le résident de Sillery parcourt sa ville, sa province et son pays afin d’apporter du réconfort aux personnes touchées par des drames. Que ce soit des incendies, des inondations ou un accident majeur, des bénévoles vêtus de leur dossard rouge se déplacent sur les lieux.

Lorsque le sujet est abordé, le drame de Lac-Mégantic vient tout de suite en tête. M. Lessard règle la question dès le début. «Je ne suis pas allé à Mégantic. J’étais en Alberta en lien avec les inondations», explique-t-il. Il ne cache pas qu’il aurait bien aimé avoir la chance d’aller aider la communauté à la suite de l’accident ferroviaire, mais d’autres populations avaient aussi besoin de lui.

Parmi ses expériences marquantes, il cite l’opération à La Tuque auprès de la nation atikamekw. Il a donné un coup de main lors des évacuations en raison des feux de forêt. Il se souvient également d’une de ses premières interventions à Québec. En pleine nuit dans le quartier Saint-Sauveur, Denis Lessard a recueilli une femme venant d’apprendre que son fils était probablement décédé dans les flammes. «Il s’agit d’une expérience difficile. On n’a pas toujours les bons mots dans ce type de situation», remarque celui qui est devenu avec les années le chef d’équipe d’intervention en sinistre individuel.

Le bénévole de la Croix-Rouge est sur appel 24h sur 24, mais c’est souvent la nuit que ces drames surviennent. À l’arrivée des secours sur place, l’organisation installe habituellement son quartier général dans un autobus du Réseau des Transports de la Capitale (RTC). C’est à cet endroit que sont rassemblés les sinistrés afin de proposer trois services, soit l’alimentation, l’hébergement et l’habillement. Toutefois, ce qui est offert dès le premier contact, c’est le réconfort. Parler avec les gens ébranlés par les événements, leur offrir une couverture et des toutous aux jeunes enfants pour remplacer leur peluche perdue dans le sinistre. «C’est un moment poignant quand on remet à l’enfant son nouvel ourson après un incendie», confie-t-il.

La prise en charge peut durer 72 heures. En compagnie des sinistrés, les bénévoles transmettent de l’information et font une analyse de besoins. «Ils sont en état de choc, nous on s’occupe d’eux», complète M. Lessard.

Bouge pour la Croix-Rouge Québec

La division de Québec a tenu son activité Bouge avec la Croix-Rouge au début du mois de septembre. Pour une troisième année, les marcheurs, coureurs et cyclistes se sont activés pour soutenir les opérations d’urgence dans la région. Une soixantaine de personnes ont parcouru l’une des trois distances, soit cinq, dix ou 25 km, en compagnie du porte-parole, Claude Bernatchez.

L’activité-bénéfice ayant lieu sur le sentier du corridor des Cheminots dans la Haute-Saint-Charles avait comme point de départ l’école Roger-Comtois à Loretteville.

Croix-Rouge en chiffre

3 interventions de la Croix-Rouge par jour dans la province

75 interventions en sinistre à Québec annuellement

L’Appel, membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *