Société
14:22 9 octobre 2013 | mise à jour le: 9 octobre 2013 à 14:22 temps de lecture: 4 minutes

Accrocher les jeunes à l’école par le sport

Alors que les écoles secondaires multiplient les projets pour favoriser la persévérance scolaire, les concentrations sportives occupent de plus en plus de place. Avec le succès qu’elles connaissent, autant au niveau des inscriptions que des résultats académiques, ces concentrations sont devenues des incontournables dans ces établissements. Survol de ce virage sportif au secondaire.

«Faire partie d’une concentration représente une toute partie de leur horaire. La majorité du temps qu’ils passent ici est pas mal le même que les autres. Mais pour certains, ça peut faire toute la différence», indique Jean-François Perron, conseiller en orientation et responsable de la concentration de hockey à la Polyvalente de L’Ancienne-Lorette. À cet établissement, un peu plus de 25% des jeunes font partie des concentrations de football et de hockey. En ajoutant ceux inscrits au profil multisports, ce sont près de 45% d’entre eux qui pratiquent un sport dans le cadre de leurs études.

À l’école secondaire Roger-Comtois, à Loretteville, le directeur François Demers souligne que ce genre de programme contribue à accrocher les jeunes à l’école. «Si ce n’était pas de ça, on en échapperait, c’est sûr. Ce ne sont pas tous des enfants de choeur», explique-t-il en ajoutant que cela a des effets importants sur la motivation scolaire.

L’offre sportive à cette école s’est grandement développée au cours des huit dernières années. Alors qu’il y avait très peu de structures à l’époque, Roger-Comtois compte aujourd’hui 11 équipes de basketball et quatre de football.

Ce développement permet non seulement de motiver les jeunes, mais également de les attirer vers cet établissement dans un contexte dans lequel on connaît un creux au niveau du nombre d’élèves au secondaire. «Nous avons des jeunes de Val-Bélair, Neufchâtel et Duberger qui ne viendraient pas ici si ce n’était de ces sports», estime M. Demers.

Encadrement académique

«L’objectif est de les motiver à partir de quelque chose», soutient Natalie Bonenfant, directrice de l’école Jean-de-Brébeuf, située dans Limoilou. Dans cette école où environ 175 élèves font partie d’une concentration sportive, des efforts ont été déployés pour tenter de faire rayonner les bénéfices aux élèves du régulier. La participation au dernier Gand défi Pierre Lavoie visait justement cet objectif, en plus de celui de faire bouger les filles.

L’ensemble des intervenants font valoir que ce sont les résultats scolaires qui ont préséance sur les résultats sportifs. «Il y a une responsabilité académique qui vient avec le privilège de faire partie d’une concentration», indique M. Perron, qui précise que ce privilège peut être retiré si on juge que l’élève doit mettre plus de temps sur ses études.

À la Polyvalente de L’Ancienne-Lorette, qui fait partie depuis cette année de la Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), un suivi mensuel signé par l’ensemble des professeurs du jeune est réalisé pour savoir comment les choses se déroulent pour l’élève inscrit à une concentration sportive au niveau des résultats et du comportement. Le même genre de suivi est fait à Roger-Comtois et à Jean-de-Brébeuf. «S’ils ont une mauvaise note, ils ne seront pas exclus pour autant. On leur donne plus de soutien pour donner une chance aux jeunes», affirme Mme Bonenfant.

L’implication de professeurs à la fois sur le terrain et dans les classes peut aussi contribuer à motiver certains jeunes. «Quand des élèves ont des difficultés, nous avons des séances d’études avec les coachs. Les jeunes sont contents, c’est relié au sport et ça permet de les aider», indique Mme Bonenfant. «Quand les enseignants et le personnel assistent aux matchs et les encouragent, les élèves les voient dans les estrades. Ça créé des liens qu’on peut difficilement recréer d’une autre façon», croit Alain St-Pierre, directeur de la Polyvalente de L’Ancienne-Lorette.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *